Le leader du MSM a commenté ce matin le budget 2012 de manière plus détaillée lors d’une rencontre avec la presse au Sun Trust. Pravind Jugnauth a vu dans cet exercice un « retour vers une politique économique ultralibérale ». Il l’a qualifié de « décevant pour la population générale », estimant que très peu ont été prévus concernant deux sujets pourtant prioritaires du pays : le pouvoir d’achat et le Law & Order. « C’est un budget pour enrichir davantage les fat cats et qui est en faveur des protégés politiques. »
Pour le leader du MSM, le ministre des Finances Xavier-Luc Duval « a reconnu dans son budget un échec. Alors que le thème même qu’il a choisi pour cet exercice est la croissance, il a prévu une croissance de 4 % pour 2012 alors que moi, j’ai réalisé une croissance de 4,2 %. C’est améliorer à reculons », a-t-il commenté.
Selon Pravind Jugnauth, l’économie doit être au service du peuple et non au service des « gro palto ». Pour appuyer son point de vue, il devait relever que « pe donn jakpot par miliar lorsqu’on abolit les Capital Gains Tax et la Solidarity Tax. Combien cela rapportera-t-il aux personnes riches qui touchent des dividendes par millions et qui ne paieront pas cette Solidarity Tax ? »
Au regard des personnes âgées, l’ancien ministre des Finances estime que celles-ci auraient dû bénéficier d’une augmentation minimum de Rs 330 au lieu de Rs 204. « Lors du budget 2006, j’avais augmenté la pension de vieillesse de Rs 300 alors que ceux touchant jusqu’à Rs 2 500 avaient eu une compensation de 6,3 %. » D’un côté, poursuit-il, « pe donn par miliar kapitalis, lot kote, pe ogmant 10 % lor sms ki tous tou zenn ek vie. Pou al tir anviron Rs 300 M dan pos lepep a traver sa mezir-la ».
S’agissant du pouvoir d’achat, le présent budget, selon Pravind Jugnauth n’a aucunement répondu à l’attente de la population. « En tant qu’ancien ministre des Finances, nous avions déjà travaillé sur l’enlèvement de la TVA sur certains produits alimentaires pour l’exercice budgétaire. Mais, XLD a préféré privilégier la shopping list du secteur privé. Certes, il faut favoriser l’investissement mais le gouvernement se doit de maintenir une certaine balance. »
Le leader du MSM est d’avis que l’actuel ministre des Finances « ena mari toupe lorsqu’il dit qu’il injecte Rs 1,5 milliard dans le logement social. J’y avais déjà injecté Rs 1,5 milliard. Aucun sou n’a été dépensé et il ne fait que reprendre cette somme ».
Au niveau des petits planteurs, selon Pravind Jugnauth, le ministre des Finances « donn linpresion gran pake in kase avek lekipman ki pou aste ». Or, dit-il, cela ne se fera pas sans complication, « le planteur devant s’enregistrer pour la VAT. Et de toute manière, un petit planteur ne peut acheter des équipements tels un bulldozer, un tracteur car ils n’en ont pas les moyens. Moi, j’avais créé un scheme pour l’achat d’équipements pour être loués aux planteurs ».
Commentant le framework au sujet de l’éthanol, l’ex-ministre des Finances devait faire ressortir qu’« aucun développement n’a été réalisé même si le Premier ministre a réalisé un historic deal avec l’industrie sucrière depuis longtemps. Maintenant, on vient parler de framework sans préciser la date où ce framework sera institué ». Pravind Jugnauth a indiqué que le MSM viendra de l’avant avec des idées sur ce sujet en vue de démocratiser l’économie.
Sur le plan des PME, l’ex-ministre des Finances s’est montré sceptique quant aux prêts bancaires aux entrepreneurs. « C’est ridicule ! Soi-disant, le gouvernement a été négocié auprès des banques commerciales pour des prêts jusqu’à Rs 3 milliards. Les banques n’ont aucune obligation de faire des prêts. On va dire aux banques – qui produisent par millions – de faire un effort de prêter de l’argent aux PME et ces prêts pourront être déduits de la taxe… Moi, j’avais dit aux banques de mettre de l’argent dans un Private Equity Fund pour des prêts uniquement aux PME et si elles ne faisaient pas cela, elles payaient une taxe au gouvernement qui utilisait l’argent pour aider les PME. Pe al touy ban PME ! »
Pravind Jugnauth est en outre d’avis que « les restricted bidding sont pour les petits copains». Au niveau du Law & Order, le leader du MSM estime que « c’est un massacre. XLD admet que nos prisons sont surpeuplées. Les Mauriciens se sentent de plus en plus dans l’insécurité et qu’est-ce qu’on annonce ? L’ajout de quelques caméras et le recrutement de policiers. Quand va-t-on recruter ? Pendant plus de quatre ans, il n’y a pas eu de promotions autres que sergents au sein de la Force policière. Pourquoi a-t-on tardé ? Finn aplik filozofi Kamajeet…».
Sur le plan financier, l’ex-ministre des Finances estime que ce n’est que de la « littérature. Il n’y a aucune mesure concrète ». Au sujet du National Resilience Fund, il a rappelé que « lorsque Sithanen avait créé des fonds en dehors du budget, j’y avais apporté un changement car ce n’est pas transparent. Voilà qu’on retourne en arrière… ». Et d’ajouter : « XLD dit qu’il a injecté Rs 7,3 milliards dans le National Resilience Fund. C’est en fait la balance qui est restée dans le Business Growth Fund ». Et d’ajouter : « Comment les Capital Grants sont-elles sorties de Rs 1,1 pour atteindre Rs 7 milliards ? Finn zoue avek ban sif pou montre ki defisit plis sa lane-la ».