L’organisation du Pet Show 2012 confiée à la société Animalia, qui a pour directeur et actionnaire le vice-président de la MSPCA, également président de la Fédération Canine Centrale
Les amateurs du Dog Show s’apprêtent à accueillir ce samedi l’édition 2012 de ce concours. Toutefois, une controverse agite depuis quelque temps le milieu des éleveurs canins. Des voix s’élèvent pour dénoncer les retombées d’un partenariat conclu en 2007 par la MSPCA, organisme subventionné par l’État, avec une association privée, la Fédération Canine Centrale (FCC). Celle-ci qui se donne pour objectifs de s’occuper de tout ce qui a trait aux chiens de race, compte parmi ses principaux promoteurs, Delvana Ghurburrun, qui n’est autre que le vice-président en exercice de la MSPCA. Le Mauricien lève le voile sur ce qui s’apparente à un cas de conflit d’intérêts touchant un organisme subventionné par l’Etat.
En dépit du fait qu’elle n’est pas reconnue par le ministère de tutelle, l’Agro-industrie, la FCC a pris ces dernières années une place de plus en plus importante au sein de la MSPCA. Ses détracteurs n’hésitent pas à parler de gestion parallèle, voire de « mainmise » alléguée et en veulent pour preuve la présence des membres de la FCC sur le conseil d’administration de la MSPCA. Ces liens « étroits » se sont doublés par ailleurs de l’arrivée, l’année dernière, d’une entreprise privée, Animalia, désormais organisatrice des Dog Show et du National Pet Show, et dont l’actionnaire et directeur est le vice-président de la MSPCA et aussi président de la FCC…
La Mauritius Society for the Prevention of Cruelty against Animals (MSPCA) est une “Body Corporate” créée en 1971 et régie par l’Act 3/1971 adoptée au Parlement. Elle tombe sous la tutelle du ministère de l’Agro-industrie. Subventionnée par l’État, son but est de s’occuper du bien-être des animaux et du contrôle des chiens errants.
En 2007, Delvana Ghurburrun, alors membre du board de la MSPCA, crée la Fédération Canine Centrale, une association enregistrée au Registrar of Companies qui se donne pour mission de réguler le marché florissant de la vente de chiens de race. La même année, la FCC conclut un accord avec la MSPCA visant à y apporter ses connaissances techniques en la matière, alors que la MSPCA organise sa première édition du Dog Show (à ne pas confondre avec le National Pet Show). À partir de la troisième édition, des changements sont apportés aux règlements de participation. Désormais pour pouvoir prendre part au concours, les propriétaires de chiens de race doivent d’abord s’enregistrer comme membres de la FCC ou devenir membre d’un club affilié à la FCC. Les divers frais de participation variaient de Rs 500 à Rs 1 200.
Location de stand
Cette année, le Dog Show et le traditionnel National Pet Show de la MSPCA ne sont plus des événements en eux-mêmes comme dans les années précédentes, mais sont devenus deux composantes d’un événement élargi, le Salon des Animaux, où la MSPCA a droit à un stand. Ce Salon des Animaux, dont c’est la deuxième édition, est organisé par la société privée Animalia Care Co. Ltd, sise à l’Avenue Brown-Séquard, Quatre-Bornes et dont le Managing Director n’est autre que Del Ghurburrun, également président de la FCC et vice-président de la MSPCA. De plus, une vérification au Registrar of Companies permet de constater que cette compagnie, enregistrée sous le nom de Animal Care Co. Ltd et incorporée le 6 avril 2005 (Certificate of Incorporation No. 55341), a pour actionnaire ce même Del Ghurburrun, qui y détient 100 actions d’une valeur de Rs 50 000.
Pour accéder aux Pet et Dog Shows de la MSPCA, il faut donc se rendre à ce Salon placé sous la responsabilité de la société Animalia, qui commercialise des produits pour chiens et chats, et présentée comme étant l’Event Organiser « en collaboration avec la MSPCA et la FCC ». Ce Salon se tiendra cette année encore au Collège St-Mary’s où des exposants louent des stands et proposent leurs produits pour chiens et autres animaux domestiques. Contrairement aux années précédentes, la vente de billets n’est donc plus effectuée par la MSPCA mais par Animalia. L’entrée pour les visiteurs est de Rs 50 pour les adultes et Rs 25 pour les enfants. L’année dernière le Salon avait reçu environ 13 000 visiteurs payants et quelque 200 chiens participant au Dog Show.
Dans les milieux concernés, une question revient sur les lèvres : « La MSPCA paie-t-elle la société Animalia pour pouvoir tenir un stand abritant son Dog Show et le National Pet Show 2012 ? Si oui, nous voulons savoir combien », s’interroge cet éleveur de chiens qui souhaite garder l’anonymat. Rappelons que l’année dernière pour le National Pet Show en collaboration avec Animalia, la MSPCA a encouru pour son stand des dépenses globales de l’ordre de Rs 506 333 (d’après le MSPCA Annual Report 2010-2011). « Ce montant étonne lorsqu’on tient compte de l’espace qui avait été attribué à la MSPCA », renchérit notre interlocuteur. Le rapport annuel indique par ailleurs que la MSPCA a reçu pour la période 2010-2011 des subventions de l’État s’élevant à plus de Rs 5 millions.
Critères revus
Selon la fiche d’inscription de la MSPCA/FCC pour participer au Dog Show 2012, les conditions sont de Rs 500 à Rs 600 pour les membres de la FCC et de Rs 1 000 à Rs 1 200 pour les non-membres. De plus, il y est mentionné que « pour les non-membres la participation de leur chien est permise uniquement si leur animal est détenteur d’un certificat de pedigree. Leur participation reste toutefois sujette à l’acceptation de leur application par (1) le club de race (2) la FCC (3) la MSPCA. » Cependant, dans un mail adressé aux clubs membres de la FCC par le directeur d’Animalia, organisatrice du Dog Show, Del Ghurburrun souligne ceci : « Only persons affiliated to FCC clubs will be allowed to participate in the Dog Show (…) » Aucune mention de non-membres.
Le Mauricien a rencontré John, un éleveur enregistré à la MSPCA. « C’est aberrant que nous payons Rs 1 500 à la MSPCA pour notre permis d’éleveur et que pour participer au Dog Show de la MSPCA nous devons obligatoirement nous affilier à la FCC alors que le ministère de tutelle ne reconnaît même pas cette association. Non seulement la MSPCA nous oblige à nous affilier à la FCC mais si nous voulons organiser une épreuve canine, la MSPCA nous demande de contacter la FCC pour l’approbation technique. » En effet, une demande de reconnaissance a été déposée auprès du ministère en 2009 non pas par la FCC mais par la MSPCA, qui la présente comme son partenaire technique (voir plus loin).
La question de la non-reconnaissance de la FCC ne se pose pas seulement au niveau national mais aussi au niveau international. Cette reconnaissance internationale s’avère nécessaire pour pouvoir retracer le pedigree d’un chien de race importé. Or la FCC, qui a fait une demande en 2009, n’est toujours pas reconnue par la Fédération Cinologyque internationale (FCI). Car pour être affilié à la fédération internationale il faut d’abord être reconnu par le ministère de tutelle de son pays ; ensuite, se conformer aux règlements et aux pratiques de la FCI. La reconnaissance officielle internationale obtenue par un pays lui vaut de figurer comme membre affilié sur le site web de la Fédération Cynologique internationale. Un click sur le net permet de vérifier que la FCC mauricienne n’y figure pas.
« Rapport négatif »
Le Mauricien a contacté par téléphone la Fédération cynologique internationale, en Belgique, pour plus de précisions sur le statut de la FCC mauricienne. Marie-France Grulois, une des responsables, a confirmé que « la FCI ne reconnaît pas la FCC ». Cette réponse est soutenue par un courriel adressé au Mauricien par Y. de Clercq, le Directeur Exécutif de la FCI : « À l’heure actuelle, aucune organisation canine de l’Ile Maurice n’est affiliée à la FCI. Il y a quelques années, des contacts ont en effet eu lieu avec la FCC et une visite d’un observateur de la FCI, son vice-président à l’époque, Mr Reisinger, a eu lieu afin de s’entretenir avec les dirigeants et de visiter les installations. Le rapport remis par celui-ci au Comité Général de la FCI ayant été négatif (demande prématurée vu le développement de la Fédération), il fut recommandé à la FCC de rester en contact avec la SCC (Paris) pour continuer à se développer pour ensuite, refaire éventuellement, une demande d’adhésion à la FCI. » Il a aussi fait part des démarches à suivre pour une affiliation avec la FCI ainsi que la durée des démarches. « Le Comité Général de la FCI examine les statuts, le règlement, demande un exemplaire du pedigree (d’exportation), le nombre de chiens par race inscrits au livre des origines, les activités, l’historique ainsi que la preuve de l’enregistrement de la Fédération auprès des autorités. Sur la base des informations fournies, le Comité Général désigne une personne en son sein qui visite le club et remet un rapport circonstancié par la suite. Le Comité prend alors une décision. Le processus peut prendre un an, un an et demi (minimum) à plusieurs années. »