Les membres du Mauritius Turf Club se sont prononcés en faveur du vent de changement qui avait commencé à souffler l’année dernière. Mukesh Balgobin, candidat malheureux en 2015 et qui n’avait été battu que par deux voix, a pris une éclatante revanche sur le sort en l’emportant haut la main.
Avec un total de 317 voix — un record si on ne se trompe pas —, Mukesh Balgobin a devancé Paul France Tennant (246 voix), Hilda Yerriah (185 voix), tandis que le président du l’exercice 2015, Jeenarain Soobagrah, ne récoltait que 158 voix et terminait dernier, soit la plus mauvaise place jamais occupée par un président.
Même si tous les quatre candidats qui postulaient pour les deux postes d’administrateurs — les mandats de Jeenarain Soobagrah et Michel Halbwachs étant arrivés à terme — ont été unanimes à dire qu’ils étaient contre les clans, il n’en demeure pas moins qu’il y avait d’un côté Mukesh Balgobin et Paul France Tennant qu’on pouvait qualifier de candidats de Tamarin et de l’autre côté Hilda Yerriah qui avait été rejointe par Jeenarain Soobagrah dans le camp de l’équipe de la rue Madame dans l’après-midi de mercredi dernier.
On avance que ce move de l’ancien président aura été néfaste, mais le principal concerné n’est pas du même avis. Il estime avoir « réalisé un bon score » et que sa candidature découlait du fait qu’il voulait à tout prix « continuer le travail qui avait débuté depuis plusieurs années. » Jeenanain Soobagrah n’était pas déçu à l’issue du décompte de voix. Il y avait 459 votants, 3 bulletins nuls, alors que le nombre de proxies s’élevait à 230.
« J’accepte le jeu démocratique et j’accepte les résultas sans amertume. Mon épouse et mes filles m’avaient déconseillé de postuler pour un nouveau mandat, mais je voulais encore travailler pour mon club. Je souhaite bonne chance au nouveau board d’administrateurs. »
Paul France Tennant était un homme particulièrement heureux avant même l’annonce des résultats. On l’a vu déambuler au premier étage, téléphone à la main, pour donner les résultats à l’un de ses proches. On l’a entendu dire « c’est fait. » Ainsi, après 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 où il avait été président du MTC, 2006, 2007 et 2008, il se retrouve faisant partie de l’équipe dirigeante de son club et ce, pour une dixième année cette saison.