Photo Illustration

C’est mercredi dernier (ndlr: 8 août) que le Mauritius Turf Club, à travers ses administrateurs, a rencontré la presse pour faire un bilan de la première moitié de la saison 2018. L’occasion pour Kamal Taposeea, président de cette institution, d’aborder plusieurs sujets, surtout ceux qui ont dominé l’actualité hippique ces derniers huit mois.

Ce sont les finances du Club qui ont meublé le début de cette rencontre avec la presse. Entouré de Denis Doger de Spéville, Paul France Tennant et Frantz Merven, administrateurs, Benoît Halbwachs, General Manager par intérim, Stéphane de Chalain et John Zucal du Board des commissaires des courses et de Jérôme Tuckmansing, Finance & Administrative Manager, Kamal Taposeea n’a pas caché que celles-ci sont actuellement dans le rouge avec un déficit de Rs 13m mais il est confiant que la situation s’inversera dans la seconde partie de la saison, surtout avec l’apport des trois doubles journées prévues pour fin septembre, fin octobre et début décembre.

La période septembre-décembre est considéré par le MTC comme la plus rentable, vu qu’elle abrite le Maiden et le Week-End International, deux événements majeurs du calendrier. Selon Kamal Taposeea, c’est le manque de revenus durant la trêve (décembre-mars) qui est à l’origine de ce déficit qui, pour la période correspondante, la saison dernière était de Rs 14m. L’autre sujet abordé a trait au bookmakers. Kamal Taposeea a indiqué que seulement 32 sont en opération cette saison, contre 41 la saison dernière, d’où la légère baisse enregistrée au niveau du chiffre d’affaires du fixed odd betting.

Il est passé de Rs 1,686 milliard à Rs 1,666 milliard. Même son de cloche du côté de SMS Pariaz avec une baisse de l’ordre Rs 10m pour se situer à Rs 204m. Tellytrack, qui a perdu le marché néerlandais, n’a aussi pas été à la hauteur, alors que c’est l’inverse du côté de Tabcorp qui exploite le marché australien. En ce qu’il s’agit du Tote, une croissance de 6% a été notée, ce qui est encourageant selon Kamal Taposeea qui a martelé que les paris clandestins font un tort immense à l’industrie. C’est dans cette optique que le MTC a fait des dépositions au Commissaire de Police, Karl Mario Nobin.

Relations cordiales

Bien qu’elle fourre de plus en plus son nez dans les affaires du Mauritius Turf Club sans mentionner les directives bidons qu’elle a mise en place, dont celles concernant les courses de Groupe et qui est actuellement sujette à une judicial review en Cour suprême, Kamal Taposeea assure que les relations entre le MTC et la Gambling Regulatory Authority (GRA) sont « cordiales ». Le président en tient pour preuve l’oreille attentive que lui a accordé l’instance régulatrice, quant à la demande du MTC pour organiser plus de journées à neuf courses.

Le Mauritius Turf Club veut par ailleurs faire de la lutte contre le dopage, son cheval de bataille, une thématique abordée par Benoît Halbwachs, General Manager par intérim. Une première rencontre entre les dirigeants du club a déjà eu lieu et qui a débouché sur plusieurs pistes de réfl exion, dont l’amélioration du système actuel avec comme projet principal l’installation des caméras dans les boxes des chevaux. Est aussi évoqué, l’appui de la police pour des fouilles corporelles sur des palefreniers aux comportements douteux.

Toujours au même chapitre, le MTC envisage, dans un futur proche, de transférer la sécurité des chevaux aux entraîneurs qui en auront la responsabilité comme c’est le cas a l’étranger. Le cas du stipe suspendu, Samraj Mahadia, a aussi été discuté. Kamal Taposeea a déclaré que l’enquête policière tarde trop – il a y eu une déposition du principal concerné à l’effet que son compte Watsapp a été hacked – et que le MTC compte aller de l’avant avec l’institution d’un comité disciplinaire pour décider du sort de l’ancien jockey