La réunion des commissaires des courses de mardi dernier a été plus qu’animée en raison de la missive qu’a envoyée le commissaire des courses, Jean-Michel Giraud à son board. Une missive qui a eu  l’effet d’une bombe mardi dernier lors de la réunion du board où, au moins deux commissaires, nommément Gavin Glover et Armand Maudave , ont trouvé que  les points avancés par leur collègue ne manquent pas de poids. Du reste, il nous revient que Armand Maudave a même proposé que cette lettre soit inscrite dans le PV du Club.
Reste que Jean-Michel Giraud ne va pas de main morte sur la situation du Club de la rue Eugène Laurent , tant sur le plan financier, stratégique, disciplinaire,de responsabilité, que d’intégrité. Cette lettre, qui se veut un cri du coeur sur les craintes qui guettent le monde hippique mauricien, est surtout motivé par une absence de décision du board.  «Ces craintes, pour la plupart, je les ai déjà exprimées au Board des commissaires mais jusqu’ici, il me semble que, soit les autres membres ne partagent pas mes appréhensions, soit pour des raisons qui m’échappent, les commissaires ne prennent pas les décisions qui auraient pu aider à redresser la situation», peut-on lire au tout début de la missive.
Indiscipline au MTC
L’indiscipline qui règne au Champ de Mars est une des premières craintes du commissaire Giraud qui a souligné dans sa lettre le comportement déplorable des certains membres et entraîneurs. «Le plus grave, il n’y a pas eu de rappel à l’ordre ou de sanctions systématique», rappelle le commissaire Jean-Michel Giraud. Ce dernier a cité en exemple le cas d’un entraîneur qui a attaqué les commissaires des courses à la télévision, mais, dit-il, aucune enquête n’a  jamais abouti. «Ce même entraîneur a attaqué un officiel du club publiquement sans que les Commissaires n’ouvrent une enquête. Un stable Manager s’est permis de s’en prendre aux Commissaires de Courses sans qu’aucune suite ne soit donnée à cet incident. Un autre entraîneur s’est mal comporté dans le Stipe Room et s’est permis de rapporter le Chief Stipe aux Commissaires Administratifs.  Encore une fois, aucune suite n’a été donnée à cet écart de comportement.  Surtout que les ‘Rules of Racing’ prévoient que les plaintes doivent se faire par écrit. Le comble est quand le Chief Stipe a fait des suggestions pour être aidé sur le Board des Commissaires de courses, il m’a été répondu que tel ou tel entraîneur n’était pas d’accord avec les noms soumis.  Comme quoi ceux qui pourraient être appelés à rendre des comptes aux Commissaires de courses pourraient  donner leur avis sur la composition du panel qui les jugerait», peut-on lire dans sa lettre.
Responsabilité
Jean-Michel Giraud n’a pas hésité à mettre le board des commissaires devant ses responsabilités pour…ses irresponsabilités. En effet, le commissaire a souligné la fâcheuse tendance du board qui consiste à repousser aux calendres greques les décisions considérées comme importantes pour le club. Ou encore ce même board repousse l’application des décisions prises par ce même board. Il cite en exemple la décision qui avait été prise que chaque écurie n’allait avoir qu’un seul responsable à savoir l’entraîneur, une décision qui a été repoussée pour l’année prochaine.
Sur ce même chapitre, l’auteur de la lettre parle de «plusieurs études inutiles et onéreuses» pour au final qu’aucune décision ne soit prise notamment en ce qui concerne un nouveau centre équestre à Maurice. Il s’avère que dans ce dossier, le MTC avait mis en place un comité composé des membres du Club,  pour choisir entre Médine et Pierrefonds. Le  rapport de ce comité qui avait opté pour Pierrefonds a été mis dans un tiroir, puisque certaines personnes au club voulaient une étude géologique des sols de Pierrefonds. Question de ne pas prendre, encore une fois, une décision. Dans la foulée, Jean-Michel Giraud a aussi évoqué le système «jump the queue» qui a été mis en place pour l’admission des membres au sein du MTC.
Intégrité et Police des Jeux
«Nous avons eu quelques cas de dopage ces dernières années sans que les véritables commanditaires n’aient été le moindrement inquiétés.  Là, on se pose la question du rôle de la Police des Jeux. Cette même Police a été contactée par le MTC pour enquêter sur l’affaire Bekharry – suspendu pour n’avoir pas donné toutes ses chances à son cheval.  Aucun résultat.  Les rumeurs les plus folles courent dans le public – quant au pourquoi  l’enquête au niveau de la Police n’a pas été plus loin. Dans le giron du Champ de Mars, le nom de quelques individus sont souvent cités pour leur proximité avec les jockeys et même avec les officiels du club, sans que le MTC ne cherche à connaître s’il y a une part de vérité dans ces rumeurs. Il est de notoriété publique qu’un certain nombre d’organisateurs de paris ne sont pas reliés en ‘live’ avec le serveur GRA. Dont un très gros organisateur»,a lancé encore l’auteur de la lettre comme un pavé dans la mare du board des commissaires.
A quelques jours de l’assemblée générale pour l’élection de deux nouveaux commissaires, il va sans dire que la missive de Jean-Michael Giraud n’a pas manqué d’irriter plus d’un. D’autant que dans cette lignée, il a évoqué le financement mystérieux de certaines écuries tout comme les réels propriétaires de certains chevaux. Il espère donc que les recommandations de Stéphan de Chalain, à son retour de Hong Kong pour la mise en place d’un Integrity Departement ne soient pas une lettre morte.
Finance et game over
Comme il fallait s’y attendre la question des finances du MTC occupe une bonne place dans la lettre de Jean-Michel Giraud qui parle même d’une situation de «game over» pour les courses mauriciennes. «Les finances sont au rouge vif : Et cela était inscrit sur les murs depuis plusieurs années tant le MTC était dépourvu de stratégie et de vision à moyen et long termes. Même si en 2011  l’hémorragie a été contenue, nous ne pourrons éviter des pertes considérables en 2012 et les années suivantes. Au point où je me demande pour combien de temps encore les courses existeront à Maurice.  La question se pose et tous les amoureux des courses et de chevaux devraient se la poser.