«Après neuf ans passés à servir mon club à titre bénévole, et de nombreuses réalisations accomplies en équipe pour l’avancement de l’industrie hippique, je pense qu’il est temps que je tire ma révérence, et que je laisse la place à d’autres membres ayant à coeur l’intérêt de notre club et de l’industrie hippique. Étant un amoureux des courses et du cheval, je continuerai à apporter mon soutien à l’équipe dirigeante à chaque fois que le besoin se fera sentir. J’invite tous les membres à se rassembler pour défendre notre Club bicentenaire et l’industrie hippique dans son ensemble», c’est en substance ce qu’a publié, le 12 février à 13h25 exactement, Gilbert Merven sur sa page Facebook. C’est-à-dire le jour même de la date limite pour le dépôt de candidature pour être sur la liste pour les deux postes désormais disponibles avec la fin du mandat de Gilbert Merven, lui-même, et de Jean-Marc Ulcoq. Deux postes qui se libèrent et pour lesquels on se bouscule au portillon pour être parmi les élus.
A la fermeture des boîtes, ils sont onze à se présenter devant les membres du MTC pour un vote. Ils sont dans le désordre, le Dr Abdullah Atchia, Mukesh Balgobin, Pierre de C. du Mée, Kevin Boodhoo, Christian Lafraisière, Pravin Desai, Govindane Appadoo, Yahia Nazroo, Jean-Noël Fayolle, Francis Maurel et Anil Kumar Ramnarain. N’ayant pas de «crowd puller», il va sans dire que sur papier cette épreuve demeure plus que jamais ouverte, mais nous ne nous fions pas  aux nouvelles qui ont commencé très vite à circuler depuis la première grande réunion qu’il y a eue vendredi en fin après-midi dans les bureaux de Gilbert Merven à la rue Madame où ont assisté une dizaine de personnes, dont Maurice Allet.
Désormais, il faudra mettre dans notre jargon, dans le cadre de ces élections, les mots: «les hommes de…». En effet, vendredi à la rue Madame, il a été clairement question que les votes doivent être dirigés vers Pierre du Mée et Jean-Noël Fayolle. Si le premier nommé aurait indiqué que c’est sous les conseils d’Alain Noël (actuel administrateur) qu’il pose sa candidature par contre Jean-Noël Fayolle n’a pas caché dans un courrier qu’il a envoyé aux membres du MTC pour leur soutien, qu’il est soutenu par Gilbert Merven.
Reculer pour mieux sauter
On se pose tout de suite la question de savoir si c’est effectivement en «ayant des hommes à lui» au sein du board des administrateurs que Gilbert Merven entend «apporter mon soutien à l’équipe dirigeante à chaque fois que le besoin se fera sentir»? La question est effectivement posée, d’autant que dans cette liste, on retrouve aussi Kevin Boodhoo, également un proche de Gilbert Merven. Autant dire que si la démarche se confirme et qu’effectivement l’élection des deux prochains administrateurs du MTC sera pilotée à partir de la rue Madame, on est bien parti pour la gloire et sans doute rien ne changera dans les années à venir au MTC.
«Si c’est comme cela, rien de changera et sans doute c’est reculer pour mieux sauter, de la part de Gilbert (Merven)», nous a confirmé un membre du MTC qui a assisté à la réunion de vendredi. Dans cette liste de onze candidats, seulement cinq se sont ouvertement démarqués de la politique de Gilbert Merven.
Il s’agit en effet, du Dr Abdullah Atchia, Mukesh Balgobin, Christian Lafraisière, Yahia Nazroo et Pravin Desai. Dans ce lot, Mukesh Balgobin, un ancien commissaire du MTC, et Christian Lafrasière ont dit dans nos colonnes que «Gilbert Merven doit partir du MTC», alors que le combat du  Dr Abdullah Atchia et l’avocat Yahia Nazroo contre la politique de Gilbert Mervn est connu de tous tant au sein du MTC que dans le public en général. Idem pour l’architecte de 61 ans, Pravind Desai qui, à Week-End, a confirmé «que les courses à Maurice est dans un état de pourrissement et que d’année en année, la situation s’empire. For the sake of good governance and transparency, it is imperative that the inquiry commission’s report be made public before the MTC elections. Any delay may be perceived to be justice delayed, and it may also become difficult to contain the population’s anger at the present state of affairs in the racing industry. The racing public has high expectations from the authorities to put order once and for all», a encore soutenu Pravind Desai.
En effet, beaucoup pense qu’il est plus que temps que le gouvernement de SAJ, qui a promis durant la campagne électorale de mettre de l’ordre à tous les étages, rende public  soit le rapport final, soit le rapport intérimaire. Ce rapport même intérimaire pourrait, effectivement, aider les membres du MTC à avoir un choix beaucoup plus clair. Car selon les informations qui ont commencé à transpirer autour de ce rapport intérimaire, les enquêteurs ne sont pas allés de mains mortes avec Gilbert Merven, Ian Paterson et Paul Foo Kune.