« Ansam anou transform nou pei » : tel est le thème annoncé par le Mouvman Travayis Militan (MTM) pour son premier anniversaire qui sera célébré ce dimanche à travers un congrès, au collège Idéal, à Rivière-du-Rempart, à partir de 9 h 30. Le leader du parti, Vasant Bunwaree, a rencontré la presse hier, rue Saint-Denis, Port-Louis, pour donner des détails sur cet événement.
Commentant le Good Governance and Integrity Reporting Bill, l’ancien ministre travailliste estime que c’est la présidente de la République qui devrait nommer le directeur de l’agence et le président du Board, après consultations avec le PM et le leader de l’opposition, au lieu que ce soit au PM seul de le faire.
Vasant Bunwaree va plus loin en suggérant que la présidente de la République sollicite l’aide de la Judicial and Legal Services Commission qui lui proposerait des noms. « Ensuite, la présidente pourrait en discuter avec le PM et le leader de l’opposition ».
Pour Vasant Bunwaree, « la responsabilité de nommer ces deux personnes devrait revenir à la présidente de la République ». De plus, en se faisant suggérer des noms par la Judiciary and Legal Services Commission, « la présidente de la République éviterait des critiques selon lesquelles elle aurait nommé des personnes qu’elle connaîtrait ».
Par ailleurs, le leader du MTM affirme que son parti n’est pas contre l’esprit du projet de loi. Il a même félicité le ministre de la Bonne gouvernance qui a, dit-il, « adopté une démarche d’écoute, de même que le Premier ministre, qui a pris la peine de discuter avec son ministre et de faire des propositions ». Celles-ci, toutefois, selon Vasant Bunwaree, ne viennent pas résoudre le problème. Si le gouvernement a fait un effort pour revoir sa copie, entre autres en fixant un barème de Rs 10 millions pour les richesses qui seraient mal acquises et qui seront traquées, pour le MTM, « Rs 1, Rs 500, c’est pareil. On ne peut pas considérer que ce soit seulement au-delà de Rs 10 M que l’on va traquer l’argent sale. » De plus, le MTM regrette que le projet de loi exclue les étrangers. Quant à la rétroactivité de sept ans, le MTM est d’avis qu’il ne faudrait pas avoir de limite dans le temps « sans quoi on aura l’impression que le gouvernement protège ses proches. Si l’on va plus loin que sept ans dans le temps, le MSM sera dedans… »
L’économie parallèle, comme l’appelle le MTM, comprend deux composantes, selon le parti. D’un côté, l’argent sale, la drogue, les fraudes et de l’autre côté, « les parents et grands-parents qui ont fait des sacrifices et qui, après des heures de travail, ont trouvé un moyen pour arrondir leurs fins de mois. Nous soutenons ce genre de personnes. Il ne faut pas les traquer. Certains ont même créé de l’emploi. Il faut plutôt acculer ceux trouvés coupables de trafic de drogue, de fraude, mais protéger les innocents ».
Vasant Bunwaree a par ailleurs commenté la réaction de la présidente de la République à ce projet de loi. « Il est vrai qu’elle n’a pas eu un passé politique. J’ai beaucoup de respect pour elle, mais elle occupe une fonction qui veut que l’on soit prudent avant de faire toute déclaration. »
Le leader du MTM se dit en faveur d’une Declaration of Assets dès que quelqu’un accède à une fonction de ministre, de député, de directeur d’un corps para-étatique, de PPS et tout autre poste de CEO. « Il faut aussi une Declaration of assets lorsque la personne quitte la fonction ». Vasant Bunwaree devait rappeler qu’en 1995, alors qu’il était ministre des Finances, « j’avais fait une Declaration of assets et je l’ai refaite quand j’ai quitté cette fonction. Même si je ne suis pas ministre, je le ferai en tant que leader de parti ». Vasant Bunwaree dit être allé encore plus loin dans sa Declaration of assets dans le passé en mentionnant que « ni moi, ni mon épouse, ou encore nos enfants mineurs, ne possédons autres biens que ceux déclarés, ni à Maurice ni à l’étranger. Si fer sa kalite deklarasion-la ki pou ena sinema. »
De plus, Vasant Bunwaree soutient que les politiciens corrompus « ne garderont pas les biens mal acquis à Maurice. Mais, beaucoup pensent que malgré cette nouvelle loi, on ne connaîtra pas les biens qu’ils ont transférés à l’étranger. Mais, moi, qui ai été ministre des Finances pendant quatre ans, je dirai comment traquer ces biens qui se trouvent à l’étranger ».
Au début de la conférence de presse, Vasant Bunwaree a souligné que son parti appartient au Mouvement travailliste, tel qu’inspiré par Maurice Curé. Il a observé que « le PTr se trouve dans l’incapacité de décoller ». Il a appelé « les vrais travaillistes qui ne se retrouvent plus au Square Guy Rozemont » à se rallier au MTM. Commentant la politique, il devait estimer qu’« en décembre, c’était tellement mauvais que la population a nettoyé le pays politiquement parlant. Depuis janvier, c’est devenu pire. C’est bien là le drame de Maurice. Aujourd’hui, c’est pire qu’hier. Quand vous cherchez les développements, vous n’en trouvez pas. Pe donn linpresion pe tir vanzans lor ansien. Partou kot ale, dimounn pa satisfe. Gouvernman komet mem erer ki ansyin gouvernman. »