« Je suis inquiet pour mon pays. Mauritius is in deep trouble », a déclaré Paul Berénger, hier soir, au centre municipal Emmanuel Anquetil à La Tour Koenig, lors du lancement de la campagne du MMM en prévision des prochaines élections municipales dans les arrondissements Nos 1, 2 et 3 de Port-Louis. Devant une assistance très réceptive, les orateurs du parti ont dénoncé les multiples erreurs commises par le gouvernement dans l’administration des affaires du pays depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2014.
Le leader du MMM, Paul Bérenger, Reza Uteem et Ajay Gunness ont tiré à boulets rouges sur le gouvernement, s’élevant surtout sur la vague de licenciements, les nominations des proches de certains ministres dans certaines institutions, la mauvaise gestion de l’affaire BAI et tout récemment la mise à pied d’une vingtaine de travailleurs de la municipalité de Port-Louis cela alors, a indiqué Paul Bérenger, que le Local Government Service Commission avait déjà confirmé leur embauche. « Il y a un sentiment de frayeur dans le pays provoqué, entre autres, par les licenciements répétés. Jamais un gouvernement n’a commis autant de bêtises en si peu de temps. Il n’y a pas une seule institution du pays que les dirigeants au pouvoir n’ont pas touché. Ramgoolam avait mis à plat l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Eux, ils ont fait pire », a déclaré Paul Bérenger.
Le chef de file du MMM s’est élevé contre la gestion des affaires de l’État par l’actuel gouvernement, indiquant que durant neuf ans « Ramgoolam finn fane » mais que le gouvernement au lieu de procéder à un véritable nettoyage du pays, est venu aggraver la situation. « Avec mes 45 années d’expérience en politique, je peux vous affirmer que je n’ai jamais vu un gouvernement aussi faible », a dit Paul Bérenger. Selon ce dernier, la majorité au pouvoir « n’ira pas loin », le leader de l’opposition allant jusqu’à prédire que le gouvernement ne tiendra pas plus de six mois, voire une année. « Plus ce gouvernement reste en place, plus ce sera difficile pour le MMM de redresser la situation dans le pays quand il reviendra au pouvoir », a-t-il ajouté.
Paul Bérenger et les autres dirigeants du MMM sont d’avis que les élections du 14 juin n’ont pas seulement une portée régionale ou locale, mais un caractère national. Il a soutenu que le MMM est en train de rebondir après sa défaite aux dernières législatives.
Les dirigeants du MMM ont réaffirmé, hier, que le pays n’a conclu aucun arrangement électoral avec le Ptr en prévision des municipales. « Nous sommes fiers de participer à ces élections seules contre les trois partis constituant l’Alliance Lepep », a-t-il indiqué, faisant ressortir que le MMM se réjouit de l’équipe qu’il présentera à ces municipales et du contenu de son programme électoral.
Arianne Navarre-Marie, ancienne député de la circonscription No.1, a fait remarquer que le MMM aligne des candidats de proximité à Port-Louis, rappelant la bonne gestion des affaires de la cité assurée dans le passé par les conseillers du parti. « Le MMM veut assainir davantage les cinq villes du pays, offrir plus de loisirs et d’activités aux citadins. Il nous faut, par ailleurs, envoyer un message fort au gouvernement qui pratique une politique de vengeance ».
Présidé par Veda Baloomoody, député du No.1, la réunion d’hier soir a été l’occasion pour les divers orateurs, dont Dorine Chuckory, ancienne lord-maire, de mettre l’accent sur les réalisations du MMM pendant sa gestion des affaires municipales. Veda Balamoody n’a pas manqué d’égratigner le PMSD pour la façon dont ce parti administrait les municipalités dans le passé.