Le député MMM Reza Uteem et des candidats de ce parti aux municipales auraient été agressés à Tranquebar (Ward IV) hier vers 22 h, non loin de l’église Ste-Anne. À l’origine de cette altercation : des affiches illégales du MSM évoquant les millions de roupies que le MMM aurait perçues de la BAI. Reza Uteem incrimine directement l’époux de la députée de l’Alliance Lepep Roubina Jaddoo-Jaunbaccus, Mahmad Jaunbaccus. Une déposition a été faite en ce sens au poste de police de Pope Hennessy.
« Mehzabeen Caramtali, le Lord-Maire Jenito Seedoo, Narendra Mohun et moi-même étions allés nous enquérir au sujet d’affiches illégales à Tranquebar. Sur place, le mari de Roubina Jaddoo-Jaunbaccus, Mahmad Jaunbaccus, ainsi qu’une dizaine de personnes nous ont violemment interpellés alors qu’on leur expliquait que ces affiches étaient illégales. Elles ne faisaient mention d’aucun imprimeur officiel. C’est à ce moment que Mahmad Jaunbaccus m’a poussé violemment. Je suis tombé et il m’a roué de coups », déclare Reza Uteem.
« Un autre activiste du MSM, un certain Turbo, avait un bâton entre les mains et il m’a asséné un coup au poignet. Plus grave : ils étaient une dizaine avec des tasers, gourdins et casques de moto. Mehzabeen Caramtali a été giflée et a reçu un coup de casque au poignet. Turbo a brisé le pouce de Jenito Seedoo et Narendra Mohun a été tabassé. On a eu la vie sauve grâce à quelqu’un qui a eu la présence d’esprit d’appeler la police. Je leur ai demandé de les arrêter, car ils étaient en possession d’armes dangereuses. Nous avons tous consigné une déposition au poste de police de Pope Hennessy alors que nos agresseurs se trouvaient dans une autre pièce. Lors de l’agression, Roubina Jaddoo n’était pas présente. Elle est arrivée presque en même temps que les policiers et elle n’a rien fait », ajoute le député MMM.
À quelques jours des municipales, Reza Uteem se dit « outré par cet acte de violence ». Il poursuit : « Je déplore la violence et l’arrogance. On ne peut se permettre de lever la main sur un député, un Lord-Maire, un candidat et encore moins une femme ! Je demande à la police de prendre ses responsabilités. Je lance un appel à nos partisans de garder leur calme. Toute élection doit se faire dans le respect de l’adversaire. » Selon le rapport du poste de police de Pope Hennessy, des officiers ont été mandés sur les lieux à la demande de Rubina Jaddoo. Si les deux parties s’accusaient mutuellement d’agressions, la police n’a constaté aucun acte de violence à son arrivée. Aux Line Barracks, le couple Jaddoo-Jaunbaccus a signifié son intention de faire des déclarations ultérieurement.