Les élections municipales se succèdent avec, à chaque échéance, son lot de projets d’intention mis en avant dans les programmes présentés par les forces en présence. Des idées qui, souvent, se répètent, mais qui, malheureusement, ne se concrétisent souvent pas par manque de moyens financiers. D’autres diront par manque de volonté politique. Quoi qu’il en soit, à une semaine du scrutin municipal, Week-End récapitule, ci-dessous, les principaux points mis en avant par les deux principales forces politiques qui s’affronteront aux élections de dimanche prochain dans les cinq villes du pays. 
Si, en matière de gestion municipale, le MMM met l’accent sur les ressources humaines des municipalités, l’Alliance Lepep semble, pour sa part, privilégier les élus qui seront issus des urnes. Dans le cas des mauves, il est question de doter le personnel municipal d’une culture du service alors que l’alliance gouvernementale s’engage à demander à ses élus d’adhérer à un code de déontologie.
Volonté commune exprimée, dans les deux cas, d’assainir l’environnement des villes. C’est ainsi que le MMM parle de programme continu de sensibilisation des citadins au respect de l’environnement et d’introduction de la collecte sélective des déchets. Même promesse d’introduction du tri des déchets chez l’Alliance Lepep qui promet aussi d’encourager, plus généralement, l’éco-développement.
En matière de participation concrète des citadins à la gestion urbaine, le MMM vient avec un projet de mise sur pied, dans chaque ville, d’un Conseil économique et social qui agirait, en quelque sorte, en « think-tank » auprès des élus. L’alliance gouvernementale ambitionne, elle, la mise sur pied de cellules de quartiers en vue d’assurer une constante communication entre élus et administrés.
Intérêt commun, aussi, affiché dans les deux cas, de régler le problème des marchands de rues qui n’a fait que trop perdurer. Dans le cas du MMM, l’on s’engage à trouver une solution à la question « à la satisfaction de toutes les parties concernées », tandis que l’Alliance Lepep évoque plus précisément l’aménagement de Hawkers’ Malls.
La responsabilisation citoyenne, pour le MMM, c’est aussi inculquer aux habitants le sens du bien commun et le respect mobilier urbain. Les éventuelles nouvelles administrations MMM s’engagent, par ailleurs, à améliorer la mobilité dans les villes avec, l’on suppose, plus de trottoirs, par exemple.
Sur ce point, l’Alliance Lepep propose, pour sa part, des zones piétonnières destinées à des activités culturelles, artistiques et commerciales à intervalles réguliers. Engagement commun, par ailleurs, dans les deux camps d’améliorer les infrastructures culturelles et sportives existantes ou d’en créer d’autres.
Ainsi que par rapport à l’amélioration d’autres services municipaux de base comme celui du département de la Santé ou celui de l’éclairage public.