La pétition logée par des membres du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD), dirigée par Éric Guimbeau, pour contester l’élection des quatre conseillers dans le Ward 4 de Curepipe lors des dernières élections municipales, devait être entendue hier devant le Senior Puisne Judge Eddy Balancy et le juge Abdurafeek Hamuth. En raison de l’absence du premier nommé pour cause de maladie, l’affaire devra être portée devant le Master and Registrar de la Cour suprême pour qu’une date soit fixée afin que cette affaire soit prise sur le fond.
Les membres du MMSD avaient logé cette pétition devant la juge des référés, Gaitree Jugessur-Manna, le 7 juillet 2015, pour contester l’élection des quatre conseillers du Ward 4 de Curepipe : Irène Coret, Jean Noel Kirsley Gopaul, Marie Virginie Ingrid Lecordier et Bibi Shehnaz Hoota. Cette action logée en Cour suprême est aussi dirigée contre le commissaire éléctoral Irfan Rahman, l’Electoral Supervisory Commission et le Returning Officer du Ward 4 de Curepipe, Raj Seebaluck. Le leader du MMSD, Éric Guimbeau, ainsi que Ram Vishnu Boodhoo, Rachel Claren Counday et Mohamed Eshan Aufogul soutiennent que les électeurs n’ont pas pu voter comme ils voulaient lors des dernières municipales en raison du format des bulletins de vote qui, selon eux, prêtaient à confusion. D’après les contestataires, les bulletins de vote étaient divisés en six colonnes, soit les numéros, le nom et l’adresse, le groupe, l’alliance et le symbole du candidat. La dernière colonne était celle où l’électeur devait apposer sa croix. Or, pour les contestataires, deux colonnes n’avaient pas été utilisées à côté de leur nom alors que pour les candidats de l’Alliance Lepep, une seule colonne n’était pas utilisée. Selon les plaignants, certains électeurs n’ont pas apposé leur croix dans la colonne appropriée. Les contestataires déplorent le fait que les électeurs auraient alors inscrit plus de croix que permis en voulant rectifier, ce qui aurait provoqué l’invalidité de leur bulletin de vote.
De par cette action en Cour, les contestataires réclament ainsi un nouveau décompte des voix, ce qui impliquerait l’annulation de l’élection des quatre candidats de l’Alliance Lepep au Ward 4 à Curepipe.
À noter que lors d’une précédente séance, sir Hamid Moollan, QC, qui représente l’Electoral Supervisory Commission (ESC), avait demandé le rejet de la pétition pour « manque de motifs valables ». L’homme de loi avait ajouté que les contestataires n’ont pu démontrer clairement le nombre de bulletins de vote concernés par ces dites irrégularités. Me Carol Green Jokhoo, qui représente le Returning Officer, a soutenu que le format des bulletins de vote est défini dans les règlements des élections et ne peut être remis en cause.
Alors que les diverses parties devaient argumenter sur ce sujet hier, le juge Abdurafeek Hamuth a porté l’affaire devant le Master and Registrar de la Cour suprême. Les différentes parties devront s’accorder sur une nouvelle date pour la reprise de l’affaire sur le fond.