Même si Lalit ne participe pas aux prochaines municipales, ce parti souhaite faire entendre sa voix et apporte sa contribution à la réflexion sur l’administration des collectivités locales dans un tract que ses membres distribuent au public depuis hier. Intitulé “Pu enn lavil epannwi”, ce tract dénonce la mainmise du ministère des Administrations régionales sur la gestion des villes et villages concernant l’obligation des collectivités locales d’avoir impérativement l’aval du gouvernement pour tout projet de développement, et fait des propositions pour davantage de démocratie. Ce parti a également le slogan “gouvernman e minisipalite bizin mem bor politik”, véhiculé par les dirigeants de l’Alliance Lepep.
Pour Lalit, les élections municipales ne comportent plus aucun enjeu politique à cause de la centralisation des pouvoirs, motivant sa décision de ne pas participer au scrutin du 14 juin. Mais ce mouvement de gauche encourage toutefois les citadins à aller voter, les exhortant à faire fi de logique selon laquelle gouvernement et collectivités locales devraient être du même bord pour enclencher des projets de développement. « Nou dir bann sitadin pa ekout sa slogan ki serten dimoun pe dir dir ki minisipalite ek gouvernman bizin al ansam. Sa koze-la, li antidemokratik. Nou pena mo dord me nou dir bann dimoun swazir bann kandida proksimite e bann group ki fer bon travay », déclare Ram Seegobin, un des dirigeants de Lalit.
Lalit distribuera environ 7 000 copies de ce tract aux deux gares routières de Port-Louis (place Victoria et la gare du Nord), sur la place Margéot de Rose-Hill, sur la place Jan Palach à Curepipe et à La Louise, à Quatre-Bornes. Ce document met l’accent sur la notion de décentralisation, qui correspond à un renforcement de la démocratie et que ne cesse de prôner ce parti. « Bizin donn plis pouvwar abitan pou desid lor devlopman zot landrwa. Lalit anfaver enn veritab desantralizasion administrasion rezional », est-il écrit. Malheureusement, Lalit note que les amendements apportés ces dernières années par les différents gouvernements ont réduit davantage les pouvoirs des collectivités locales, les municipalités ne disposant plus des moyens nécessaires pour réaliser leurs propres plans de développement pour améliorer l’environnement des citadins, que ce soit dans les centres-villes ou dans les faubourgs. « Minisipalite nepli kapav pran inisiativ fas a bann problem e defi ki bann lavil konfronte. »
À cet effet, ce parti suggère la création d’un conseil dans chaque arrondissement où les cidatins pourraient interpeller leurs conseillers sur les problèmes de leurs quartiers. « Koumsa kapav aprofondi demokrasi e permet abitan lavil partisipe ek okip zot kartye. Kapav mem elarzi sa bann komite ward-la pou inklir reprezantan bann klib ek asiosiasion abitan ki non-kominal. » Par là même, Lalit dénonce la politique de privatisation de plusieurs services municipaux, tels le ramassage d’ordures et l’entretien de drains, fustigeant le PTr, le PMSD, le MMM et le MSM d’avoir privilégié cette option. « A sak fwa ki zot finn dan pouvwar, zot finn deterior boukou servis minisipal. »
Le rétrécissement de l’espace public avec l’empiètement des rues par toute sorte d’activités et la diminution d’espaces verts au profit d’aires de stationnement ne permettraient pas aux piétons de circuler avec aise et en toute sécurité. « Minisipalite bizin asire ki ena lespas ver ki lib e aksesib pou piblik. » Lalit relève aussi un manque aigu de loisirs gratuits dû à un grand manque d’infrastructures sportives et culturelles. « Pena ena enn vre politik lwazir pou bann kartye lavil. Teat Port-Louis e teat Plaza ankor ferme ek Galri Max Boullé nepli ekziste. » Lalit prône des « villes vivantes » foisonnantes d’activités culturelles et artistiques témoignant d’une grande créativité. Évoquant les problèmes de transport, ce parti suggère que les municipalités offrent un service de transport gratuit intra-urbain fonctionnel jusqu’à une heure tardive.
Selon Lalit, l’objectif de l’Alliance Lepep en organisant des élections municipales anticipées, est d’anéantir complètement le PTr et le MMM. « Travayis telman an debandad ki li pa pe poze e MMM debarase depi so lel pro-PTr pe sey releve. » Ce parti de gauche se dit prêt à aider les citadins de tous les arrondissements des cinq villes à s’organiser pour réclamer un meilleur service municipal. « Nou pare pou zwenn tou group abitan non-kominal ki interese diskit konteni sa program-la », écrit-il dans ce tract.