Un air de fête et une ambiance digne d’un 1er-Mai. C’est ce qui régnait à la mairie de Curepipe hier en début de soirée. Raison : Navin Ramgoolam descendait pour la deuxième fois en deux jours sur le terrain, et ce dans la ville lumière, dans le cadre des élections municipales dimanche. Entouré de ses principaux lieutenants, le Premier ministre a galvanisé la foule présente à l’intérieur comme à l’extérieur de la salle des fêtes de la mairie de Curepipe. Dans son allocution, Navin Ramgoolam a été très vert envers l’opposition, reconnaissant cependant que le MMM a eu quelques bons maires, mais qui ont disparu, depuis. Il a aussi salué la belle performance des femmes aux élections villageoises et a demandé aux Curepipiens de ne pas s’abstenir de voter dimanche, mais de suivre l’exemple des villages où, a-t-il déclaré, « nou finn gayn 104 vilaz lor 130 ! »
« Je n’ai qu’un appel à vous faire : allez voter ! Nou pli gran adverser se labstensyon ! Anou motive dan lintere nou lavil, nou kartye ek nou fami. Dimans 9 donn ou vot sak kandidat Ptr/PMSD. » Parce qu’avec l’opposition, a ajouté le PM, « vous n’aurez rien ! Sir Anerood Jugnauth ne veut pas servir la population. Il veut se servir de vous, comme marchepied, pour arriver au pouvoir ! Li oule mont dadak lor ou. Nous, au Ptr/PMSD, nous avons votre bien-être à coeur. Faites-nous confiance comme les villages l’ont fait. 104 des 130 villages où il y a eu des élections dimanche dernier sont de la mouvance travailliste. Suivez cet exemple ! »
Pour Navin Ramgoolam, « le vote des villageois en faveur du Ptr/PMSD est très significatif. C’est un signal à l’opposition pour lui dire que les villageois ne veulent pas d’eux ». Évoquant toujours la « victoire écrasante » du Ptr/PMSD aux récentes villageoises, le chef du gouvernement a salué « l’excellente performance des femmes. Sur 297 candidates élues, 205 sont du Ptr. Et ce n’est pas fini. Nous allons continuer dans ce sens pour qu’il y ait plus de femmes au parlement ».
Dans son allocution qui a duré presque une heure, Navin Ramgoolam n’a pas épargné ses adversaires de l’opposition. D’ailleurs, il a tenu à ce que l’auditoire écoute une bande enregistrée où Pravind Jugnauth critiquait Paul Bérenger, avant les dernières élections générales, et une autre où le leader de l’opposition en faisait de même. S’agissant de sir Anerood Jugnauth, il devait faire état, entre autres, du bâtiment du Sun Trust. « Paul Bérenger limem ti dir “batimen de la honte”. Pou MedPoint, li finn dir “scandal du siècle”. Azordi, zot finn fer mariaz lapin ek karp ! Ce sont ces personnes que vous allez voter ? » a demandé le PM à l’assistance.
Prenant longuement pour cible, l’ex-ministre des Finances Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam a énuméré « so sink PNQ fizet », autour des sujets comme « le trafic d’armes, destiné à jeter la boue sur la famille Mohamed. Ou Bangaleea, qui était un agent du ministre Sajadah, un élément du MSM ! » Le PM a surtout été vert envers sir Anerood Jugnauth sur la question du trafic de la drogue : « Sak eleksyon, ki li dir ? “Tang pe tir latet”. Abe kan ena fet dan State House pou lindependans, kisanela kinn invit trafikan la drog kom VIP ? » Rappelant le scandale des Amsterdam Boys, Navin Ramgoolam a déclaré : « SAJ ti fer deroul red carpet Plaisance… » Et s’agissant de l’affaire Gros Dereck, il devait conclure sur le sujet : « C’est un gros poisson qui a été ferré ! Je félicite l’ADSU et les institutions pour le remarquable travail abattu ! »
« MSM : Muvman San Moralite »
Navin Ramgoolam n’a pas été tendre envers le MSM. « Muvman San Moralité », devait-t-il relever. Ou encore « Muvman San Membre ». « Ou pou guete, pou ress zis papa ek piti… ek Soodhun dan sa parti la ! » Sur SAJ, le PM a raconté comment « pendant les sept ans qu’il a été président de la République, il s’est offert des cures de rajeunissement au frais de l’État ! Bann madam hindou sirtou koner sa, li enn kalite dimounn ki telma kontan larzan ki li pa pou mor kumsamem. Pu bizin bouy larzan la, fer li boir sa dilo la ». Il devait aussi déclarer que « SAJ finn fer tou pou fini Harish Boodhoo, sir Gaëtan Duval ek Jean Claude de L’Estrac… » Il a également laissé entendre que « depuis que Jayen Cuttaree a publié son livre, Paul Bérenger l’a relégué dans un petit coin du MMM ».
Navin Ramgoolam a concédé que « le MMM a eu quelques bons maires : Amédée Darga, Rajah Bhadain, Jean-Claude de L’Estrac, Mathieu Laclé… Mais où sont-ils maintenant ? Ils ont tous quitté le MMM. On vous a proposé Ananda Rajoo à Curepipe ? Qui est-ce ? Est-ce quelqu’un qui a fait quelque chose pour vous, les Curepipiens ? Abe sa dimoun la ki ou pou ale voter ? »
« SAJ ki pann dir pou kominote kreol ? “Demon”. Ki linn fer pou mizilman ? » devait aussi souligner le PM. Et de rappeler qu’en 1983, « Kader Bhayat était pressenti comme vice-Premier ministre. Mais le lendemain des élections, SAJ devait le désavouer. C’est pour ces personnes… communalistes que vous allez voter ? »
Toujours concernant le Remake 2000, Navin Ramgoolam a déclaré : « Reste marye mem ! Mo kontan mo trouv zot koumsa. Parski sa lepep la pa bizin palab ek foste pou li viv. Li bizin devlopman, ledikasyon. Ek se sa ki nou, dan Ptr/PMSD, pe donn zot. Nou, nou la pou fer sa pei la avanse. » Il a ensuite fait allusion à diverses mesures prises par son gouvernement depuis 2005, dont le transport gratuit pour les étudiants et a énuméré plusieurs mesures incluses dans le dernier budget du ministre des Finances Xavier-Luc Duval.
Le PM devait réitérer sa confiance « dans un pays qui ira loin. Je sais que nous ne sommes pas encore arrivés à destination. Mais nous sommes sur la bonne voie. Même les États-Unis ne sont pas encore arrivés au bout de leur chemin. Nous sommes en train de construire notre pays. Et c’est avec nous que le peuple y arrivera. »
Présidé par Edley Chimon et soutenu par Sunil Dowarkasing, le congrès du Ptr/PMSD a vu également la présence des ministres Xavier-Luc Duval, Arvin Boolell, Satish Faugoo, Michael Sik Yuen, Cader Sayed-Hossen, Tassarajen Pillay Chedumbrum, entre autres. Lors de son intervention, juste avant celle du PM, le VPM et ministre des Finances devait rappeler que « ce gouvernement prône l’égalité des chances. Nou oule ki sak zanfan gayn drwa a enn bon lavenir. Ki li ress Curepipe, Petit-Raffray ou Cité-Atlee, li ena drwa a enn bon ledikasyon. Se ledikasyon ki pou ouver tou laport ». Il a encouragé les Curepipiens à « voter pour la continuité du développement ».