« Hervé Aimé inn dormi 1 ans lor enn la loi. Li pe per pou larg elections municipales. Line circile enn projet de loi avan ki ena enn premie reading. Napa kapav viole la démocratie ainsi ». Ces propos sont du leader du MSM, Pravind Jugnauth. Il tenait une conférence de presse hier matin au Sun Trust. Il ne s’est pas montré tendre envers le Premier ministre. Tantôt criant au scandale tantôt commentant les événements qui tiennent en haleine toute la population, la conférence de presse du MSM a été ponctuée d’ironie.
Pour Pravind Jugnauth, le manque de temps pour conclure les débats sur la nouvelle version du Local Government Bill ne peut d’aucune façon justifier un nouveau renvoi. Il est d’avis que le gouvernement aurait dû avoir pris les dispositions nécessaires pour renouveler les conseils des villes et des villages du pays. Il estime que le gouvernement dirigé par Navin Ramgoolam aurait dû avoir déjà pris les dispositions afin d’organiser les élections régionales avant la fin de l’année. Auparavant, l’ancien ministre des Finances et No 4 de ce même gouvernement a justifié le renvoi qu’il avait approuvé avec ses camarades de la majorité parlementaire en novembre 2010. Il a expliqué qu’Hervé Aimé n’avait pas eu assez de temps à l’époque pour rédiger la nouvelle législation annoncée pour régir les Collectivités locales. Ce nouveau renvoi s’explique, dit-il, par la crainte de l’alliance gouvernementale de faire face à des consultations populaires régionales.?Au chapitre de la gestion de l’eau, Pravind Jugnauth a rectifié les dires du Deputy Prime minister Rashid Bebeejaun selon lequel il aurait recommandé une augmentation des tarifs d’eau. « Un comité avait siégé en octobre 2010 présidé par Rashid Bebeejaun, dans laquel j’étais présenté ainsi que quelques ministres. Et j’ai maintenu qu’on peut procéder à une augmentation uniquement si l’on améliorait les services », soutient-il. Il rappelle qu’il avait prévu Rs 80 millards en dehors du budget pour connecter Mare Longue à Mare aux Vacoas et plusieurs autres travaux majeurs. « Ce sont ces mêmes projets que Xavier Duval a présenté. Et Beebeejaun offusqué zordi kan mo dir renvoie augmentation delo alors ki zot inn dormi ene lannée », tonne-t-il. Poursuivant avec ironie : « Si zot optimiste depi octobre 2010 ki situation pou revenir à la normale, kifer pas atan kelke mois pou augemnte delo? »
Le débat sur le Budget pour Pravind Jugnauth est une occasion en or pour tous d’argumenter les mesures y préconisées. Il s’est dit triste de constater, toutefois, l’absence d’arguments pertinents mais des allusions politiques remontant dans les années 80 à 90. « C’étaient des discours qui transpiraient la haine, passéistes, en se servant de mots inappropriés à l’égard de l’opposition mais aussi du président de la République », dit-il.
Commentant les performances des ministres lors des dotations budgétaires, Praving Jugnauth a critiqué Michel Sik Yuen, Hervé Aimé pour avoir fourni des réponses qui prêtent à confusion, Rajesh Jeetah et Jim Seetaram qui s’est fait aider par des collègues parlementaires. Poursuivant sur sa lancée, il a égratigné au passage Cader Sayed Hossen, Suren Dayal et Rashid Beebejaun. Le leader du MSM s’est montré très critique envers Navin Ramgoolam dans l’affaire d’Anand Kuma Ramdhany, se demandant même s’il avait la conscience claire.
Pour Pravind jugnauth, il est indéniable que le peuple et les militants du MSM sont très positifs quant à un remake de 2000 à 2005.