C’est au Parlement que le Parti Travailliste communiquera les détails de son appréciation du Budget 2013, présenté vendredi. Toutefois, lors de leur conférence de presse hebdomadaire tenue hier à leur siège de Port-Louis, les rouges se sont exprimé sur les grandes lignes du Budget et ont répondu aux critiques de l’opposition. Mais auparavant, en marge des élections municipales, le comité exécutif du parti, en présence de Navin Ramgoolam, s’était rencontré hier matin après l’exercice d’enregistrement de l’alliance PTr/PMSD. Le président du parti, Patrick Assirvaden, a d’emblée rapporté « l’enthousiasme » du comité exécutif, dont la présence des membres en grand nombre a été, selon lui, significative. « C’est un signe, déclare-t-il, que le PTr est extrêmement vivant » et qu’il amorce la dernière ligne droite des élections en toute confiance.
Les arguments « frivoles » de l’opposition sur les mesures budgétaires, affirme le président des rouges, ne tiennent pas la route. Tandis que le budget a été accepté par tous, syndicats, population, hommes d’affaires, l’opposition, déclare Patrick Assirvaden, « trouv li (ndlr : le budget) enn fizet », ajoutant que « se enn fizet ki pe dekole ek ki pe devlop Maurice ». Qualifiant le Budget 2013 de « responsable et sérieux », le PTr dit avoir noté que celui-ci « ne comprend rien qui pourrait hypothéquer l’avenir de Maurice ». Le Budget, soutient Patrick Assirvaden, encourage la croissance économique pour atteindre les 4%, rend l’économie plus résiliente que jamais et mise sur la jeunesse, d’où la distribution de tablettes tactiles à 20 000 élèves de la Form IV, en marge de l’expansion du secteur de l’informatique.
Le PTr rappelle que malgré la crise économique mondiale, Rs 336 millions seront injectées dans la formation et l’emploi, et qu’au total, ce sont Rs 28,6 milliards qui seront investies dans le développement du pays. Le PTr déplore les critiques de Kee Chong Li Kwong Wing, responsable du dossier des finances au MMM, à l’effet que la distribution des repas chauds aux enfants des écoles en Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP), relève d’une mesure ridicule. Pour Nita Deerpalsing, directrice de communication du PTr, Kee Chong Li Kwong Wing pratique de la démagogie avec son analyse sur l’inflation et fait preuve de malhonnêteté intellectuelle. « Quand on met Rs 4,6 milliards dans l’économie, il est normal que l’inflation passe à 6% », explique Nita Deerpalsing. Cette dernière demande à Paul Bérenger et à Sir Anerood Jugnauth, qu’elle trouve « insensibles », « d’aller expliquer aux 9 200 enfants bénéficiaires de repas chauds pourquoi cette mesure est ridicule ».
« Les réformes, dont celle de Sithanen, rapportent leurs fruits »
Le PTr a salué le caractère social du Budget 2013, dont l’objectif « est de soulager la souffrance du petit peuple pour qu’il vive mieux ». Citant plusieurs secteurs, notamment l’éducation et la santé, et leur budget respectif, le président des rouges a fait ressortir que le gouvernement « veut que le peuple vive mieux ». Et d’ajouter : « Tout ce qui a été fait depuis 2005, toutes les réformes, y compris celle de Sithanen, rapportent leurs fruits aujourd’hui (…) tandis que quand SAJ et Bérenger étaient au pouvoir, ils voulaient pratiquer le ciblage. Nous étions dans un État de boycott. Enn sou pann investi dan lazenes, ni sekter TIC. Zot inn kit skelet dan plakar. Personn pa kapav dir ki li pa kone dan ki sirkonstans nou pe prezant sa bidze-la. Sa gouvernman-la pe ogmant proteksyon pou dimoun pli pov dan sosyete. »
Reprenant le chapitre économique du Budget, Nita Deerpalsing explique que la relance se fera grâce à l’enlèvement des obstacles administratifs et fiscaux et l’introduction de supports – notamment la dépréciation des équipements – pour les principaux piliers de l’économie dont le textile, le tourisme ou l’offshore. Le Budget, a souligné Nita Deerpalsing, a préconisé des mesures favorables aux petites et moyennes entreprises (PME). « Il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir tout ce que nous sommes en train de faire, tout en préservant et consolidant l’État providence. »
Par ailleurs, le Parti Travailliste s’apprête à briguer les élections municipales dans un état d’esprit positif et un mood optimiste : « Nous allons garder les cinq villes. » La liste des candidats est en préparation et, à hier, plus de 600 noms ont été enregistrés pour les villageoises. Patrick Assirvaden prévoit ainsi « une raclée » pour le MMM et le MSM. Sur le terrain, affirme-t-il, les militants n’approuvent pas le clan Jugnauth. Abondant dans le même sens, Lormus Bundhoo, secrétaire général du PTr, soutient que les militants de Beau-Bassin/Rose-Hill se sentent humiliés par le Remake 2000. À la veille des élections, le leader du MMM, selon le PTr, déploie des efforts pour « blanchir » les Jugnauth. Paul Bérenger, continuent les rouges, aura des comptes à rendre aux militants par rapport à sa position sur le dossier MedPoint. Il lance un appel aux militants en leur demandant de réfléchir sur leur avenir : « Pena lavenir dan lalyans MedPoint 2. »