Le MMM, partenaire avec le MSM dans l’Alliance du Remake 2000, a animé deux réunions nocturnes hier, à Cité La Cure et à Vallée-des-Prêtres. Paul Bérenger a vivement critiqué la gestion des municipalités et du pays en général, minée, dit-il, par « skandal lor skandal », et des tentatives alléguées de cover-up. Le leader mauve a mis en garde les électeurs aux municipales contre le défaitisme qui pourrait mener à l’abstention le jour du scrutin.
De l’affaire de pédophilie alléguée au MITD aux dénonciations du leader du FSM relatives au trafic de drogue en passant par celle de Gros Dereck, Paul Bérenger a déclaré avoir acculé la majorité au Parlement avec ses PNQ au Premier ministre. Dans cette dernière affaire, il a fustigé le retard de la police à réclamer un ordre de la Cour, le 23 novembre dernier, pour pouvoir passer au crible les appels téléphoniques du suspect, alors que celui-ci avait été arrêté depuis le 27 juillet. « Cover-up, toufe enn apre lot ! » Il en veut pour preuve que cette requête se limite à une période de 12 jours, du 1er au 12 juillet, et le fait que le cas ait été référé à l’ICAC pour enquête alors qu’en tant qu’affaire criminelle elle aurait dû relever de la police. Pendant ce temps, dit-il, « bann gro rekin » continuent à sévir.
S’agissant des allégations de Cehl Meeah qui a impliqué un ministre dans une affaire de transfert de Rs 25 millions provenant du trafic de drogue, Paul Bérenger est d’avis qu’il faudrait aussi « get dan kote » du leader du FSM et s’est demandé quelles suites le Premier ministre va-t-il donner à ce nouveau scandale ; il dit craindre là encore des tentatives d’étouffer l’affaire.
Le leader du MMM a aussi parlé des directives de l’Independent Broadcasting Authority et a dénoncé ce qu’il estime être une intimidation et une tentative d’étouffer la voix de la population à l’approche des élections régionales et municipales. Cependant, tonne-t-il, rien n’empêchera le Remake 2000 de remporter ces scrutins : « Zot pou gayn enn bate bef. » Paul Bérenger a invité les électeurs à exercer leur devoir civique et à ne pas se laisser aller à l’abstention. « Bizin konbat labstansion », le seul danger qui guette cet exercice démocratique déjà menacé, selon lui, par des pratiques douteuses.
L’alliance au pouvoir « inn pouri tou le sink minispalite », a lancé Paul Bérenger, qui a égréné une série de « scandales ». Il a invité les citadins à voter bloc et à donner une correction et un coup de balai : « Bizin netwaye. »
M. Bérenger a commenté le discours du Premier ministre à l’Assemblée qui a été « aussi mauvais » que le Budget présenté par le ministre des Finances, critiquant ses déclarations à propos du métro léger et des projets de piste d’atterrissage à Agaléga. Il a rappelé que c’est le gouvernement MMM/MSM qui avait mis en chantier ces projets de développement mais que ceux-ci ont été stoppés net à l’arrivée au pouvoir de Navin Ramgoolam.