Succès d’affluence à Plaine-Verte dans le Ward IV hier soir où le Remake 2000 a tenu un congrès au Centre Idrice Goomany. Les deux leaders ont tour à tour fustigé la gestion du pays par le gouvernement Ptr/PMSD, invitant l’électorat à exercer son droit de vote pour redresser le pays.
Sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger ont repris les principaux thèmes de leur campagne, exprimant leur inquiétude de la dégradation des moeurs, de la montée de la grande criminalité et surtout de l’impunité dont jouissent les coupables des scandales dénoncés par l’opposition. Ont été cités les cas de « ce formateur sans diplôme de la MITD qui a eu des relations sexuelles avec une élève mineure et s’en est sorti avec une simple démission » ; du trafic de drogue du réseau Gros Dereck, de l’affaire Bangaleea, entre autres. « Pei inn retourn a leta sovaz », déplore SAJ. « Ladrog pe fini nou zenes. Mafia pe vinn lekonomi paralel. Si pa fer narnye enn gran maler pe atann sa pei-la. Paul ek mwa noun dakor pou pran responsabilite sov nou pei. Mo donn ou mo parol si mo retourn PM lalwa pou bizin respekte ! » SAJ a aussi critiqué la gestion et « le manque de vision » économique du gouvernement. « Depi 2005, nom mwa enn sel pilier ekonomik ki Navin Ramgoolam inn introdwir ? Zero », a-t-il lancé avant de promettre que sa priorité, s’il revient au pouvoir, sera de créer une Duty Free Island et de construire « enn lindistri lapes modern ». Il déplore la disparition des petits planteurs, celle de la classe moyenne et le fossé qui s’agrandit entre riches et pauvres. Mais, rappelle-t-il « lepep ena enn zarm kont zot ». Pour SAJ « zot pli gran kosmar se Remake ». Et de lancer à l’assistance : « Remake ena de kapitenn me se ou ki larme. Servi ou vot pou balye karo. »
Paul Bérenger a pour sa part vivement critiqué l’Alliance Ptr/PMSD qui « menas pa donn kas minisipalite si ou vot lopozison, si gouvernma ek minisipalite pa mars ansam. Abe to larzan sa ? » Pendant sept ans, dit-il, « gouvernma ek minisipalite inn mars ansam ; zordi inn plat ! », rappelant que dans le passé sous d’autres gouvernements, les administrations municipales MMM ont géré les villes avec sérieux et réalisé nombre de projets pour les citadins. Il a fustigé le Budget 2013 qui serait un tel « fiasco » que « oken lagazet pa inn koz summing-up Xavier Duval ». Commentant la nomination d’Asraf Dulull à la tête de MT, il a ironisé : « Abe taler ava met Bangaleea ranplas Prayag kom prezidan. »
Le leader du MMM a mis en garde l’électorat contre le danger de l’abstention le 9 décembre. « Selma 40 % elekter ti vot dan de dernye eleksion minisipal. »
Paul Bérenger, et après lui, SAJ, a eu un mot spécial pour l’accession de la Palestine comme État observateur non-membre de l’ONU. « C’est un grand moment », dit-il, ajoutant que ce vote, qui a bénéficié du soutien de 138 pays dont la France, représente une chance pour que la situation évolue vers l’unité. Cependant, si Maurice a voté en faveur, Paul Bérenger déplore vivement qu’elle n’ait pas co-sponsorisé la Résolution contrairement aux soixante États-membres qui l’ont fait, comme nos voisins les Seychelles et Madagascar. « Monn informé, monn al get lor internet, Maurice pa finn co-sponsorisé. » Le leader du MMM s’est dit fier que « premie kitsoz ki gouvernma 82 ti fer se rekonet la Palestine ek l’ANC ».
Plus tôt, outre l’interdiction aux marchands ambulants de travailler et l’organisation du Haj, Showkutally Soodhun, Adil Ameer Meea et Reza Uteem devaient dénoncer les promesses gouvernementales non tenues, dont celles des députés de l’endroit, MM. Beebeejaun et Mohamed, à la communauté musulmane : ambassade en Arabie Saoudite, Centre de désintoxication … Alors que le leader du FSM Cehl Meeah a été traité de « guignol ». « Pa gaspiy ou vot ar FSM. »