Le tirage au sort pour attribuer des étals aux marchands ambulants de la capitale s’est déroulé comme prévu ce matin au Mauritius Turf Club. Sauf que les représentants des principaux concernés n’ont pas répondu à l’invitation de la municipalité de Port-Louis pour y assister. Hier, ils ont fait une demande d’injonction rejetée par la cour suprême. Toutefois, la municipalité a été invitée à venir s’expliquer sur les critères de sélection des candidats pour cet exercice.
Il y avait une importante mobilisation policière au siège du Mauritius Turf Club ce matin. Toutes les dispositions avaient été prises pour procéder au tirage au sort pour l’allocation des étals aux marchands ambulants de la capitale. À 9 h 30, heure prévue pour cet exercice, aucun représentant des quatre associations des marchands ambulants n’était présent. Prenant la parole, Dorine Chukowry, adjointe au lord-maire, a déploré : « Une information erronée circule depuis ce matin, disant que le tirage au sort avait été annulé sur un ordre de la cour. Or, la copie que j’ai reçu de la cour suprême mentionne clairement que la demande des marchands ambulants a été rejetée. Nous allons donc procéder au tirage au sort comme prévu. »
Cette dernière a précisé que les représentants des marchands ambulants ont été invités à cet exercice dans un souci de transparence. « Nous avons également invité tous les conseillers, qu’ils soient de la majorité ou de la minorité, des représentants du High Powered Committee qui était présidé par le ministre Bachoo. Il y a parmi nous deux huissiers, la police, le personnel du MTC, des représentants du département légal et celui d’audit… C’est pour dire à quel point nous voulons que cet exercice se fasse dans la transparence ».
Le tirage au sort de ce matin concernait des emplacements sur deux sites : Decaen et Transportation Centre. Trois catégories d’espaces ont été alloués : non-food stuffs, food stuffs et vegetables and fruits. Il y a au total 963 étals à allouer, tandis que le nombre de candidats s’élève à 1 738 pour les deux sites. « Nous avons été contraints de faire un roaster car nous voulons donner la chance à un maximum de personnes de travailler. Chacun pourra opérer trois à quatre fois la semaine. Qui plus est, nous les invitons à entrer dans la légalité ».
Période moratoire
C’est justement cette décision de la municipalité de Port-Louis qui est contestée par les marchands ambulants. Selon Hyder Raman, président de la Street Vendors Association (SVA), « à aucun moment, il n’a été question de travailler trois fois la semaine au cours des réunions de négociation avec la municipalité. »
Qui plus est, ajoute Hyder Raman, « il y a une cinquantaine de marchands avec un permis de hawker et opérant dans la capitale depuis plus de 15 ans dont les noms ne figurent pas sur la liste des sélectionnés. Cela, parce que la municipalité a établi des critères discriminatoires, privilégiant les marchands habitant la capitale. »
Hyder Raman revient également sur la demande d’injonction des marchands ambulants rejetée par la cour suprême hier. « La cour n’a pas accepté notre demande pour interdire le tirage au sort aujourd’hui, mais elle a demandé à la municipalité de venir s’expliquer sur les critères le 16 octobre prochain. »
De son côté, Dorine Chukowry précise que les résultats du tirage au sort seront présentés au conseil la semaine prochaine. « Une fois cette liste avalisée, nous allons les publier dans des journaux à grand tirage. Nous allons également accorder un délai aux marchands pour venir signer le contrat. Passé cette date, les étals seront alloués à d’autres. »
L’adjointe au maire ajoute qu’une période moratoire est également accordée aux marchands pour opérer sur les deux sites mentionnés. Il pourront ainsi travailler gratuitement jusqu’à décembre 2013. Ce n’est que l’année prochaine qu’ils commenceront à payer la municipalité.
Pour ce tirage au sort, chaque marchand se trouvant sur la liste des sélectionnés s’est vu attribuer un numéro. Les emplacements, en ordre ascendant, leur ont été alloués selon les numéros sortis au tirage. À titre d’exemple, la première balle tirée au tirage de ce matin portait le numéro 213. Le marchand portant ce numéro se voit donc attribuer l’étal numéro 1 à Decaen.
À l’heure où nous mettions sous presse, nous apprenions que deux représentants des associations de marchands s’étaient finalement manifestés au Mauritius Turf Club et ont affirmé qu’ils assisteraient à la deuxième partie du tirage au sort qui devait se tenir dans l’après-midi. Ils ont expliqué leur absence à l’exercice du matin du fait qu’une radio privée avait annoncé l’annulation du tirage au sort.