Maya Kamaty, qui a présenté “Santié papang” en mars 2015 à Maurice, nous revient en marge du concert de Ziskakan, en soutien à son père, Gilbert Pounia, et aux artistes qui l’accompagnent autour du lancement de leur nouvel album, “Romans pou Rico”, qui marque les 25 ans de ce groupe emblématique de la créativité musicale réunionnaise. Aussi animera-t-elle une masterclass à l’intention des musiciens mauriciens les 4 et 5 février, soit à la veille du concert qui sera donné à l’IFM.
Maya Kamaty sera sur scène avec Ziskakan le 6 février, comme elle nous l’a confirmé cette semaine. Il faut dire que le double album Romans pou Rico, qui fait l’objet de cette tournée, contient certaines de ses créations. Ainsi, les amateurs de poésie et de musique qui ont apprécié sa prestation en mars 2015, lors de la présentation de son propre album Santié papang, auront la joie de la revoir et de goûter au secret de son talent, dans un autre exercice, en compagnie de ceux qui lui ont donné, depuis toute petite, le goût et l’insatiable désir de créer, de jouer, de « battre tambour » et de faire chanter la poésie du créole réunionnais.
L’artiste a été la première femme lauréate du prix Alain Péters dans l’île soeur. Aussi a-t-elle remporté le prix international Musiques de l’océan Indien en 2013. Lorsque nous lui avons demandé quel est le message essentiel qu’elle souhaite transmettre à ses confrères et consoeurs mauriciens lors de la masterclass qu’elle va animer, également à l’IFM, voici ce qu’elle nous a répondu avec sincérité et fraîcheur : « C’est la première fois que je tiendrai ce genre de stage et j’ai vraiment hâte de travailler avec les artistes mauriciens, qui ont un vrai talent et un vrai potentiel, comme les Réunionnais d’ailleurs. J’entends dans ce premier échange donner quelques outils afin de travailler sa voix, se préparer à monter sur scène et explorer différentes voies d’interprétation. Je dirai donc, comme je l’ai appris moi-même, que “Le Sentiment précède le son”, ou encore que “la voix, instrument unique, intime, véhicule des émotions”. Bref, il y aurait énormément de choses à en dire ! J’ai vraiment hâte. »
Ces échanges, dont l’objectif n’est autre que d’aider chacun à faire évoluer son répertoire et sa présence scénique, dans le respect de sa singularité, seront enrichis aussi par l’expérience que l’artiste réunionnaise a acquise ces dernières années à l’international, et aux retours et impressions qu’elle a pu collecter, en allant à la rencontre de différents publics et professionnels du spectacle vivant.
Le partage dans son acception la plus généreuse est aussi au rendez-vous du concert qui conclura ces journées, le samedi 6 février. Gilbert Pounia dédie Romans pou Rico, son album-anniversaire, au poète Rieul Debars. Mais son titre fait référence à Rico, la chanson de Bernard Payet, qui figure sur le premier album du groupe, vinyle à l’époque, qui est sorti en 1978. Outre les auteurs mentionnés plus haut, Romans pou Rico nous fera aussi goûter à la poésie d’Axel Gauvin, de Carpanin Marimoutou, de Serge Ulentin, de Dev Virahsawmy, de Sergio Grondin, de Michel Ducasse et de Gillette Staudsher-Valliamé.