On n’en est plus au stade de petites guéguerres. Les malentendus entre certains artistes populaires ont pris une dimension plus importante depuis quelque temps, avec des allégations de menaces, des dépositions faites à la police et des procès au civil.
Les discours tenus dans leurs compositions et l’attitude affichée sur scène pourraient laisser deviner plus de sérénité. D’autant que les difficultés auxquelles sont confrontés les chanteurs et les musiciens exigent plus de solidarité. Mais entre certains artistes, dont quelques-uns des plus populaires, rien ne va plus. Souvent lancées sur les réseaux sociaux, les polémiques deviennent publiques et les commentaires des fans contribuent à les alimenter. Ce qui aurait pu être considéré comme un signe de jalousie ou relever du malentendu a fini par déborder. Après avoir fait une déposition contre Manna C à la police, Nitin Chinien a également décidé de poursuivre le jeune chanteur pour diffamation.
L’autre affaire qui retient l’attention implique le même Nitin Chinien, qui accuse Bruno Raya de l’avoir insulté et menacé. Il y a quelque temps, Manna C avait répliqué à des critiques formulées à son encontre par Nitin Chinien sur Facebook à travers une chanson. La polémique avait éclaté parce que Nitin Chinien a jugé vulgaires les mots utilisés par Manna C et son groupe dans l’un de leurs titres, Foulilaba. “Board la MASA bizin anpes bann group itiliz sa kalite langaz la dan bann sante”, estime Nitin Chinien, qui avait rendu publique son opinion en la postant sur le réseau social.
Réplique.
La réplique ne s’est pas fait attendre. Manna C poste un clip des plus explicites où le nom de Nitin Chinien est prononcé à plusieurs reprises, accompagné de menaces. Très vite, ce dernier réfère l’affaire à la police et entame des poursuites pour diffamation. “Ena enn case difamasion kont Manna C, enn prodikter e 2 lezot dimounn ki dan mouvman New School. En plis de sa, ena enn dosie ki monn depoz an kour pou tir bann morso vilger lor YouTube ki insit a la enn rasial et a la violans.”
Contacté au téléphone, Manna C se dit énervé par les commentaires de Nitin Chinien à l’encontre de son mouvement, New School. “Nou pann apresie bann komanter ki Nitin Chinien inn fer lor nou mouvman. Li ti pe dir enn bann zafer ki pa serye. Sa mouvman New School la, li inspire de sa mem mouvman ki sorti Jamaïque e ki pe tous bokou pei dan le mond.”
Manna C soutient avoir voulu contacter Nitin Chinien pour en discuter, mais que ce dernier n’a pas souhaité l’écouter. “Nounn sey kontakte li lor telefonn me li pa reponn, li koup telefonn. Lerla, nounn deside pou met sa video la lor YouTube.”
L’ancien animateur de la MBC rétorque : “Li pa vre. Ena enn dimounn kinn koz ek mwa pou exkiz zot, me mwa monn demande a se ki Manna C vinn exkiz li devan mo laport e li pann vini.”
Menaces ?
L’autre gros litige a débuté suite à un autre commentaire de Nitin Chinien sur Facebook. “Monn desid pou met mo karyer mizikal an sispan pandan 7 an pou pena konfli dintere. Mwa monn desid pou dir ki ena bann artis ki zwe zot prop morso ou prop prodiksion lor radio. Kan monn amenn sa lalit la, inn gagn enn boug ki apel Bruno Raya, li pe rod fer kwrar ki mo pe denons artis.”
Nitin Chinien va même plus loin en affirmant que le leader d’OSB lui a proféré des menaces, devant témoins. “Le 27 desam, mo gagn enn call pou al sers enn chek de la par direksion MASA. Mo pe deboute e Bruno Raya dir mwa vinn get sa, li bizin koz ar mwa. Mo dir li si li anvi koz ek mwa, li kapav fer li lamem devan tou dimounn. La linn profer bann menas kont mwa et linn sey agres mwa. Michael Veeraragoo e Dalon inn bizin trap li. Inn gagn 4 zour, ena enn profil ki apel Latet So kinn inbox mwa mem menas ki Bruno Raya ti fer mwa.”
Contacté au téléphone, Bruno Raya n’a pas souhaité réagir. “Mo pa kas latet ar sa bann zafer la”, nous a-t-il simplement répondu.