Que se passerait-il si on faisait du metal en créole ? Parmi les nouvelles sensations du moment, un groupe en particulier fait le buzz : les Divoltère. Leur morceau 1+2 fait la tournée des réseaux sociaux et circule sur les cellulaires. La bande a connu un franc succès lors du concert Rock’a’Nation, le dimanche 21 avril. Rencontre avec un groupe peu ordinaire.
Au bord d’une autoroute, dans un coin retiré de Phoenix, Divoltère entame les répétitions. Un djembé et quelques guitares électriques étalés sur une natte, cinq jeunes allongés sur l’herbe au milieu de nulle part à 18h… Une vue peu commune. C’est la veille de leur premier grand concert, Rock’A’Nation, et ils préfèrent répéter en pleine nature au lieu de louer un studio, comme la plupart des groupes.
La musique de Divoltère est tout aussi décalée. Une forte dose d’adrénaline que les musiciens injectent dans un metal à travers des textes crus en créole et des percussions traditionnelles.