Jeune retraité de 63 ans, Jacques Théodore vient de réaliser son rêve : sortir un CD. Pour cette première, il présente huit de ses compositions, qu’il a longtemps gardées au fond d’un tiroir. Car cet ancien employé de la Cargo Handling Corporation a eu la patience d’attendre quarante ans pour faire entendre ses oeuvres. Grâce aux arrangements musicaux de Ghislain Durau, il est aujourd’hui un homme comblé, fier de présenter le produit de ses rêves.
Le style proposé sort de l’ordinaire. Ses textes, tantôt poétiques, tantôt revendicateurs, sont portés par de belles mélodies. 
Jacques Théodore a commencé à écrire des textes s’inspirant des faits de sa vie et de son entourage à vingt ans. Chacun des titres de son album véhicule un message bien précis. Il chante la jalousie qui peu miner un couple, le manque de considération pour les autres qui s’est installée avec l’avènement de la télévision, la solidarité avec le voisinage en cas de malheur. Les sentiments douloureux qu’il a vécus dans son enfance transpirent dans la chanson intitulée Fête mama. En tant qu’observateur de la société, il dénonce aussi certaines pratiques malhonnêtes.
Même si c’est son premier album, Jacques (Pansy) Théodore n’est pas un inconnu de la scène musicale mauricienne et de Rodrigues. Il a en effet évolué dans plusieurs orchestres comme guitariste. Il débute sa carrière en 1966 en interprétant des morceaux des Shadows, groupe très en vogue à l’époque et dont les morceaux ont traversé les décennies sans prendre de rides.
Pou ene lepep est à découvrir chez Harbour Music à Rs 200.