Le chef Martin Wettges est un homme heureux, heureux de voir qu’un partenariat entre deux conservatoires de musique va peut-être permettre de créer ce dont les musiciens rêvent tous ici : un orchestre symphonique de bon niveau capable de représenter la jeunesse musicale de l’océan Indien. Le premier fruit de cette collaboration sera présenté aujourd’hui, à 19h, au Mahatma Gandhi Institute, à Moka.
Les jeunes musiciens réunionnais répètent depuis vendredi avec ceux du conservatoire mauricien. Leur chef, Martin Wettges, qui ne s’est pas produit ici depuis La Traviata, se réjouit des progrès accomplis tous ensemble depuis lors : « Mon coeur est toujours à Maurice et je suis vraiment heureux à chaque fois de retrouver l’enthousiasme des musiciens mauriciens et des mélomanes ici. Nous avions tenté de créer un orchestre avec une vingtaine de jeunes musiciens il y a quelques années. Mais il fallait, pour continuer, qu’ils puissent atteindre un certain niveau technique avec de bons professeurs d’instruments. Maintenant que les deux conservatoires, celui de La Réunion et celui de Maurice, commencent à travailler ensemble, il est possible d’améliorer le travail de tous les musiciens, quel que soit l’instrument qu’ils jouent. Et depuis vendredi, je vois que les jeunes musiciens mauriciens progressent très vite…  »
Ce sont des adolescents du même âge qui répètent ensemble quotidiennement, depuis quelques jours, à l’auditorium du conservatoire, en attendant la générale au MGI et le concert gratuit samedi soir, face au public. Si ces petits habitants des îles soeurs partagent de nombreux points communs, de leur insularité tropicale à leur passion pour la musique, ces rencontres représentent aussi une formidable expérience de sociabilité au cours de laquelle ils ont l’occasion d’apprendre à se connaître, d’apprendre de leurs différences et, peut-être, de se découvrir des singularités aptes à créer les liens, jeter des ponts d’une rive à l’autre.
Une quarantaine de jeunes musiciens de l’océan Indien, majoritairement réunionnais, vont donc jouer samedi soir un programme mitonné aux petits oignons. Après une première partie assurée par les “Select Singer” accompagnés par l’orchestre du conservatoire ainsi que les jeunes flutistes de Vent d’un rêve, dirigés par Leslie Merven, le jeune orchestre régional offrira un programme légèrement différent de celui annoncé précédemment : un concerto pour hautbois d’Alessandro Marcello, la symphonie XI No 2 du Chevalier Saint-Georges et de Joseph Bologne, un concerto pour cor de Mozart, la Valse triste de Jean Sibelius, un extrait d’Un américain à Paris de Georges Gerschwin ainsi que trois extraits de la symphonie composée par John Williams pour La guerre des étoiles. La première partie devrait permettre d’entendre Va pensiero avec les choeurs du conservatoire (extrait de Nabucco de Verdi) et un morceau de Carl Maria von Weber…
Si la gratuité encourage le public à faire le déplacement, la nature du projet devrait suffire à elle seule à motiver les spectateurs. L’idée d’un orchestre régional, que cette collaboration bilatérale semble initier, permet non seulement d’améliorer la technique musicale, sans laquelle il est difficile de devenir un interprète accompli et libre de jouer tous les styles de musique, mais aussi d’envisager avec plus de sérénité la possibilité de voir un jour des créations musicales d’envergure se monter ici, pour lesquelles il ne serait plus nécessaire de payer à grands frais la venue de professionnels d’Afrique du Sud, d’Australie ou d’Allemagne.