L’Association des Auteurs-Compositeurs a été officiellement lancée ce matin. Ce mouvement mis en place depuis l’année dernière entend engager le dialogue avec les partenaires stratégiques.
« Il ne s’agit pas encore d’un nouveau mouvement des artistes. C’est une entité des auteurs-compositeurs appelée à travailler avec toutes les instances concernées par l’industrie de la musique. » C’est ainsi que Jean-Jacques Arjoon, cheville ouvrière du mouvement, explique la démarche de l’Association des Auteurs-Compositeurs (ACC).
D’emblée, l’association regrette les événements survenus à la MASA ces derniers jours et souhaite que la société pourra continuer à protéger les intérêts des auteurs-compositeurs. Selon Jean-Jacques Arjoon, l’industrie de la musique, au niveau mondial, passe par des moments difficiles avec le téléchargement sur Internet. « Il faut concerter nos efforts pour faire face à cette vague qui s’abat également sur nous. »
Jean-Jacques Arjoon a cité l’exemple du site Island Boutique qui exploite les oeuvres des auteurs-compositeurs mauriciens sans payer les droits. « Jusqu’ici nous n’avons pu arrêter cette activité car Maurice n’est pas à jour avec les Internet Treaties de la World Intellectual Property Organisation. »
Ainsi, l’AAC a soumis ses propositions concernant le nouveau Copyright Bill aux autorités. En premier lieu, elle souhaite que la MASA reste telle qu’elle est et non pas qu’on y amalgame d’autres secteurs comme l’importation des films. Le mouvement demande également un pouvoir accru à la MASA pour négocier avec les Internet Service Providers. De même, des poursuites au civil devraient être envisagées dans les cas de piratage et la MASA devrait apporter une assistance légale à ses membres. L’AAC réclame également un levy sur les supports de musique comme les CD vierges et les clés USB.
L’AAC demande également au ministère des Arts et de la Culture d’appliquer de nouveaux tarifs pour l’utilisation de musique enregistrée, car la vente de CD a baissé drastiquement.
À ce sujet, Bruno Raya, autre membre de l’AAC, regrette que le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee n’ait pas donné suite à la réunion organisée il y a six mois. « Il avait dit qu’il nous rencontrerait dans un mois. »
L’AAC est affiliée à la Pan African Composers Association.
dont Jean-Jacques Arjoon est le secrétaire.