Disponible depuis le samedi 28 avril, « Rest determine » est la deuxième expérience solo de Kool B, alias Bruno Raya, le leader du quatuor de Plaisance, Otenttik Street Brothers. Sorti le jour des 37 ans de l’artiste aux multiples talents, Rest determine se décline en 18 titres (chose rare pour un album), porte la griffe de quelques très talentueux musiciens de l’île, sans compter les featurings et bénéficie d’une bonne maîtrise technique qui s’entend ! Découverte…
Entre Live & Direk, le tout premier solo du leader du quatuor de Plaisance et Rest determine, 13 années se sont écoulées. 13 ans durant lesquels Bruno Raya a tout fait, sauf chômé ! « Chaque fois que les fans, les journalistes et les amis m’ont croisé ces dernières années, la même question revenait sans cesse : « Kan to album pu sorti ? » Voilà ! C’est maintenant fait. »
L’âge de maturité a-t-il été atteint avec le deuxième opus solo de Kool B, qui débarque en ces 20 ans d’OSB ? Aux fans de se prononcer.
Bruno Raya semble pour sa part transmettre le message qu’il consolide ses assises en n’optant pas pour son nom de scène. OSB et Bruno Raya sont désormais un « label ». Synonymes d’une diversité d’entreprises. Faut-il rappeler que OSB Co. Ltd a lancé et continue d’organiser le principal festival des musiques urbaines de la région océan Indien, le Festival Reggae Donn Sa ? Pour les organisateurs, le concert désormais rendez-vous annuel des artistes des îles qui partagent la scène avec un grand nom international revêt d’un caractère « unique ». Et OSB, c’est aussi une société de productions, un label de distribution, une ligne de vêtements et une entreprise en graphisme.
Autant pour « justifier » les 13 ans de « silence discographique » de Bruno Raya. « Sans compter que durant ces années, nous avons aussi encouragé les uns et les autres membres d’OSB à voler de leurs propres ailes… Mon premier solo Live & Direk a donné le ton. » Blakkayo, Dagger Kila et Tikkenzo ont suivi.
Rest determine s’inscrit dans une conjoncture où l’artiste veut faire passer son message d’harmonie et d’unité à ses compatriotes. Cette essence empreint le deuxième solo, avec des morceaux-plaidoyers d’un avenir meilleur (voir plus loin).
La patte de Georges Corette, alias Colonel, qui a longtemps accompagné et encadré OSB, se fait encore sentir via la maîtrise et l’approche de Jean-Luc Clair que tout le monde connaît sous le nom de Chris Joe et qui a assuré l’arrangement musical sur l’album.