Les amateurs de jazz vivront au moins deux grands moments avant la 2e édition du festival Ernest Wiehe, qui se tient cette année en septembre. Olivier Ker Ourio revient avec son harmonica magique aux côtés du pianiste de génie Manuel Rocheman samedi soir à l’hôtel Tamarin. Et le 4 août prochain, à 15 heures, le Théâtre Serge Constantin accueillera un enfant prodigue, par son talent, en la personne de Lindsay Charnier, ce Mauricien à la voix envoûtante, avec les sept membres de la formation qu’il a constituée pour proposer son Tribute to Al Jarreau, George Benson & Stevie Wonder. Tous musiciens de calibre, ses complices sont le guitariste Christian Rakoto, le batteur Jeff Ludovicus, le pianiste Jean-Luc Chapelon, le bassiste Henri Dorina, ainsi que Thierry Farrugia, Christian Martinez et Bernard Camoin aux cuivres.
Un enfant du sol qui, comme quelques autres, a compris l’esprit du jazz et travaillé dur pour s’imposer dans ce milieu musicalement exigeant, revient à Maurice avec un beau cadeau pour le public et les clients du Club Med. Il jouera en effet avec sa formation le dimanche 4 août, à 15 heures, à la salle Serge Constantin, à Vacoas. Al Jarreau, George Benson & Stevie Wonder : promettre de célébrer en live ces icônes de la musique représente un défi musical et vocal. Lindsay Charnier en a si bien relevé le défi que cette expérience le conduit depuis plusieurs mois de salles en salles en France, y compris dernièrement, au Petit Journal Montparnasse, dans un des temples du jazz, à Paris. Ce chanteur mauricien – qui a aussi touché au piano, à la batterie et à la guitare – évolue avec bonheur sur la scène musicale en Europe et aux États-Unis depuis 25 ans.
Il a notamment enregistré avec le groupe Malavoi, Pino Sonido et Didier Lockwood, avant de réaliser son propre album en 2003 (Ombre et lumière). Dernièrement, fait marquant tant pour lui que pour son public, il a été sollicité par le Prince Albert de Monaco en personne, pour jouer dans le cadre de la célébration de son mariage. L’éminente figure de la principauté avait aimé l’entendre lors d’une soirée offerte sur le rocher. Très actif, Lindsay Charnier a, par exemple, chanté en duo avec Russel Malone. Il s’est aussi produit au Festival de Brooklin, à New York, au Lincoln Centre, au palais des Sports, à Paris, ainsi qu’au Bataclan, au New Morning ou au Sunset…
Son dossier de presse aligne les éloges sur son amplitude vocale et son talent pour rivaliser avec le scat d’Al Jarreau, chanteur ayant remporté pas moins de sept Grammy awards. S’il a interprété de grands classiques de la variété, Lindsay Charnier se distingue aussi par sa capacité à vocaliser sans lasser grâce aux couleurs et aux finesses d’une voix, dont il se sert comme d’un instrument, avec probablement plus de souplesse et de richesse encore… Lindsay Charnier a percé dans le jazz, rejoignant le club sélect des interprètes mauriciens qui se sont si bien distingués, qu’il est maintenant notoire que les musiciens de jazz mauriciens apportent de leur île une couleur et une tonalité particulièrement enrichissantes.
Ses choix musicaux ont régulièrement conduit Lindsay Charnier dans les milieux cosmopolites, là où les sons s’ensoleillent des rythmes et mélodies caribéennes, sud-américaines ou africaines, tout en demeurant cependant parfaitement jazzistiques. Nous ne serons donc pas étonnés de découvrir sur la scène du Théâtre Serge Constantin, une formation composée de musiciens de tous horizons, qui ont en commun une trajectoire métissée, tant en styles qu’en genres musicaux. Lindsay Charnier est LA voix de Tribute to Al Jarreau, George Benson & Stevie Wonder. Ses amis, rencontrés dans les milieux bruissants de vie des bars de jazz, ont tous un parcours alléchant.