Il a pendant des années Obzerve minutieusement tout ce qui mijotait autour de lui. Pour le Kool Kreol qu’est Ras Nininn, de son vrai nom Ninchley Toussaint Mat-ombé, il est temps de retourner aux sources. À travers son deuxième album, Renaissance Roots, qui sera dans les bacs dans quelques jours, le jeune chanteur creuse jusqu’à la racine pour apporter une bouffée d’air frais à la musique roots locale. Une sonorité qui sera également présente dans son troisième album, qui suivra peu après.
Vous vous souvenez sans doute du jeune seggaeman Ras Nininn. Une voix atypique. Un look de débutant plus ou moins singulier. Une sonorité captivante. Dans une attitude plutôt zen, l’artiste, âgé de 25 ans lorsqu’il lança sa carrière musicale en 2007, se faisait observateur par le truchement de ses compositions positives.
Absent du circuit musical depuis ses débuts fracassants, Ras Nininn signe son grand come-back ce mois-ci avec son deuxième album, Renaissance Roots. Plus fort et plus déterminé que jamais, le chanteur impressionne une fois encore dans un style qui lui colle à la peau.
Doute
Des textes pour faire prendre conscience. Un mélange de musique moderne et ancienne. Un dynamisme artistique qui saute aux yeux. Renaissance Roots apporte une touche de fraîcheur dans le milieu musical. “Avec un tel atout, le disque est sûr de plaire au public et de trouver facilement preneur”, explique l’auteur, pour qui l’album compte énormément. Pour Nininn, il s’agit en effet d’une deuxième chance, d’une nouvelle vie qui commence. “J’étais endormi durant ces dernières années. Je me trouvais dans un grand moment de doute et de stress. Le moment est venu de me remettre en selle”, confie Ras Nininn.
Renaissance Roots marque un nouveau départ dans le parcours musical de Ras Nininn, quatre ans après sa récompense au Emtel Bonnto Award dans la catégorie Revelasion. Un prix qui lui avait valu un séjour en Suisse dans le cadre d’un concert et qui lui avait permis de rencontrer Wes Fayaman, producteur mauricien qui fait la promotion d’artistes locaux en Suisse. “Il a tout de suite apprécié ma musique et envisageait de travailler avec moi. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire à l’époque.”
Espoir
Panne d’inspiration, manque d’opportunités… Entre-temps, la carrière musicale de Ras Nininn a commencé à battre de l’aile. Le chanteur s’est vite laissé rattraper par ses problèmes. “La musique ne peut pas grandir lorsqu’on est dans un état d’esprit négatif, quand tout ce qui nous entoure est sombre”, souligne l’artiste. Il abandonnera ses rêves et se fera discret pendant plusieurs mois.
Loin de la scène, Ras Nininn perd ses repères. Jusqu’au jour où il est contacté par Wes Fayaman pour un rendez-vous d’affaires. “En une rencontre, les choses ont commencé à bouger. Le projet d’album a été enclenché en août de cette année. De mon côté, je regagnais espoir. J’avais à nouveau confiance en moi car je savais que l’heure de la reconnaissance avait sonné. Que l’artiste que je suis allait finalement pouvoir mettre ses compositions en musique.” Trois mois plus tard, le projet est bouclé et Renaissance Roots fin prêt.
One love
Influencé entre autres par les chanteurs James Brown, Ray Charles, Marvin Gaye, Ras Nininn navigue entre plusieurs courants (rock, swing, blues, jazz, seggae et reggae), tout en imposant sa couleur. “Je me suis mis en accord avec les accords pour faire progresser les registres musicaux que j’affectionne particulièrement.” Avec Renaissance Roots, Nininn prône le one love. À travers ses messages d’amour et d’unité, il incite les gens à la réflexion. Et les pousse aussi à prendre conscience de l’importance du Travay. Ras Nininn leur demande également de mettre de côté Linflians. Il nous livre un album aux rythmes captivants, qui va a de grandes chances de séduire le public.
—————————————————————————————————————————————————————
Rev Lavenir, troisième opus de Nininn
Peu après la sortie de Renaissance Roots, un troisième album de Ras Nininn est attendu. Produit par Ride on record, Rev Lavenir a bénéficié de la participation de musiciens talentueux comme Didier Baniaux (basse), Steven Bernon (basse), Danny Louison (clavier), George Corette (batterie) et Tony Julie, entre autres. C’est le regretté “Colonel” George Corette qui avait assuré l’arrangement musical de l’opus. Un projet qui a démarré en 2008 et qui sera finalement sur le marché dans quelques semaines. Rev Lavenir se démarque par une couleur musicale assez particulière. Il sera dans un style très différent de Obzerve ou encore Renaissance Roots, précise Ras Nininn.