Louis Myrthé Empeigne, alias Tonton Empeigne, célèbre ses 55 ans de carrière musicale. Pour l’occasion, il a fait paraître un coffret souvenir CD/DVD. Étonnant parcours que celui de cet homme aujourd’hui âgé de 80 ans qui croque la vie à belles dents en espérant que le gouvernement fera appel à lui et d’autres vétérans de la chanson pour se produire lors du prochain Festival Kreol.
Veste grenat qui lui donne fière allure, Tonton Empeigne l’est doublement lorsque plus d’un reste sceptique quand il dévoile son âge. Svelte, le port de tête athlétique, il sourit face à la vie qui lui a fait un grand cadeau. Il se souvient de cet harmonica Butterfly que son père lui a offert alors qu’il n’avait que sept ans et qui « m’a apporté du bonheur et une grande bénédiction. »
Louis Myrthé Empeigne se souvient des hauts et des bas de sa carrière. Jeune, il était féru de chansons françaises et ses idoles comme Luis Mariano ou Tino Rossi meublaient son quotidien. Quelques années après, Tonton Empeigne se découvre un style et s’imprègne de tous les courants musicaux. Il se remémore des bals lontan, de la java. C’était aussi le temps des bals musette où la chanson française valsait au rythme d’une musique prenante et où les couples se formaient. Il en garde encore la nostalgie…
Le déclic se fera lors d’une fête sur la plage de Mon-Choisy. Tonton Empeigne remporte un succès auprès d’autres grands vétérans comme Serge Lebrasse et feu Michel Legris. Il a eu l’occasion de participer à l’émission Découverte 82, a côtoyé des grands comme Marclaine Antoine ou Eddie Caramédon. Il sortira des chansons comme Na pas écoute conseils camarad ou encore Mo maman finn mort dans couvent, inspirée de son histoire. « Je n’ai pas vraiment connu ma mère, j’ai été élevé par mon père et une belle-mère. J’ai appris à respecter les autres ». Son inspiration musicale, il la puise de son environnement, de sa famille, des êtres qu’il côtoie et se décrit comme un poète, un messager, un artiste, un écrivain. Comme porté par ses oeuvres musicales, Tonton Empeigne croit au pouvoir des mots et à la musique qui fait valser les coeurs. Il rend hommage à son père Georges qui lui a inculqué la musique et s’enorgueillit d’avoir pu faire paraître cinq albums. Dans sa voix une certaine fierté, mais en dehors, Tonton Empeigne reste un homme d’une grande simplicité, respectueux de la tradition. Toujours une poignée de mains chaleureuse lors d’une rencontre et ce sourire dont il ne se départit jamais. Il avoue pleurer quand il songe à une de ses compositions, Marie, écrite dans l’avion qui l’emmenait loin de sa famille en Arabie Saoudite. « J’ai eu la chance d’être sélectionné par la compagnie General Construction mais c’était un déchirement d’être loin de ma femme et de mes cinq enfants ». De charpentier à foreman, il a fait pas mal de petits boulots.
Tonton Empeigne aimerait faire un concert pour célébrer ses 80 ans et ses 55 ans de carrière musicale. « Cet album, il fallait que je le fasse pour mon public ». Son rêve est d’être présent au Festival Kreol. « Donn nu nu chance montré nu valer malgré nu vieux l’âge. Pas atane nu mort pu ran nu hommage ».