La musique traditionnelle chinoise est multicolore et remplie de symbolisme. Elle tend à disparaître auprès de la jeune génération, mais certains continuent à la transmettre. De ses doux instruments à la souplesse de ses danses, découvrons cet héritage culturel qui fait partie du paysage mauricien.
Lew Chin Sin Chan compte parmi les derniers Sino-Mauriciens à perpétuer l’héritage musical chinois. Dans sa librairie, le Student Book Club, située à la rue Joseph Rivière, ce quinquagénaire fonde la première école de musique chinoise en 1984. Un petit musée à l’étage qui recèle une magnifique collection d’instruments traditionnels bien conservés. Ne recevant pas beaucoup de visiteurs, hormis ses dix élèves, ce vieux musicien est enthousiaste de nous dévoiler tout ce que contient sa forteresse.