Le leader du Muvman Liberater (ML), Ivan Collendavelloo, maintient la pression sur l’actuel Président de la République en affirmant que s’il était à sa place, il aurait depuis longtemps démissionné. « Je ne demande pas le départ de Kailash Purryag, qui est un ami, mais si j’étais à sa place, je serais parti depuis longtemps », a-t-il déclaré hier à Port-Louis, en réponse à une question de la presse suite à la première réunion du comité exécutif du ML pour 2015.
« Nous avons annoncé un candidat à la présidence et avons remporté une élection générale avec le score que l’on connaît. Le dernier « remnant » du PTr s’accroche au Château du Réduit », a déclaré le leader du ML. Déclarant qu’il ne comptait pas présenter de motion parlementaire pour demander son départ, Ivan Collendavelloo estime toutefois qu’il y a dans le pays une convention autour du respect des institutions. « Sauf si le Premier ministre lui demande de rester, il doit mettre son siège à sa disposition ». Il a ajouté qu’il existait un consensus entre les municipalités et le gouvernement. « Nous ne demandons pas le départ des maires du PTr et du MMM, qui ont été élus au suffrage populaire », a fait comprendre le leader du ML.
Passant en revue les travaux du comité exécutif de son parti, Ivan Collendavelloo, qui avait à ses côtés Eddy Boissézon et Ravi Rutnah, a pris note du succès des candidats du ML lors des dernières élections ainsi que de la performance de ceux qui n’ont pas été élus. Il a fait part de son « immense satisfaction » à cet effet et annoncé avoir reçu l’adhésion « non seulement d’anciens membres du MMM, mais également ceux venant d’autres partis politiques et de toutes les classes sociales ». Il poursuit : « Le ML s’est positionné sans aucune pudeur comme un grand parti qui prend part au gouvernement actuel. Nous exprimons notre grande solidarité envers l’Alliance Lepep et sommes extrêmement satisfaits du sens de direction que donne SAJ à la tête du pays ».
La réunion d’hier a permis de passer en revue les « scandales » qui ont fait surface récemment, notamment à l’aéroport où une compagnie doit quelque Rs 80 millions au gouvernement. Les contrats de Betamax et de CT Power ont également été évoqués. « Nous sommes satisfaits de l’action du ministre Soodhun concernant les terres de l’État et espérons qu’on pourra mettre fin à tout jamais aux scandales qui ont terni l’image de Maurice sous la gouvernance du PTr », a lancé Ivan Collendavelloo. Il a également réfuté la remarque du leader du PTr, qui avait accusé le nouveau gouvernement d’avoir un « plan machiavélique ». Il s’explique : « Pendant toute la campagne électorale, ils n’ont pas osé répondre à nos attaques sur les scandales et maintenant qu’ils sont acculés et doivent donner des explications à la police, ils ont trouvé le moyen de donner des réponses politiques. L’État fera son travail là où des fraudes sont découvertes et ceux concernés auront à répondre devant la justice ».
Le leader du ML a aussi parlé de la situation dans les collectivités locales « où le ministre Husnoo ne fait pas de « politicaille », mais au contraire offre toute sa collaboration que ce soit aux travaillistes ou aux conseillers MMM dans les villes ». Il a toutefois fait part de son anxiété devant certaines situations, comme à Port-Louis où le lord-maire s’est retrouvé sans quorum. « Nous ne voulons pas qu’il y ait une déstabilisation au niveau des municipalités, qu’elles soient dirigées par le MMM ou le PTr ». L’organisation d’un congrès anniversaire pour marquer la création du ML aura lieu le 14 juin et un comité organisateur a été institué à cet effet.