Le leader du Muvman Liberater (ML) et ministre de l’Énergie et des Services publics, Ivan Collendavelloo, s’est prononcé samedi dernier lors d’une conférence de presse du parti sur la question de hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité. Avec ou sans la privatisation de la Central Water Authority (CWA), « la hausse du prix de l’eau est inévitable, de même qu’au niveau du Central Electricity Board, qui requiert des investissements importants pour les années à venir », selon le n°4 du gouvernement.
Ivan Collendavelloo a précisé qu’une hausse des tarifs de l’eau n’était pas envisageable tant qu’il n’y aura pas de réforme de la CWA. Celle-ci ne peut, selon lui, « continuer à rouler à perte ». « La CWA doit Rs 700 M à l’État et près d’un milliard de roupies de sources étrangères », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Il y a eu des progrès réalisés par la CWA, mais pas assez et pas assez vite. » Le défi de ce service public sera d’assurer une fourniture en eau potable 24h/24 à ses abonnés, et ce sans coupure.
S’agissant de l’électricité, Ivan Collendavelloo et le secrétaire général du ML, Eddy Boissézon, ont confirmé qu’il n’y aura pas de baisse de tarifs d’électricité. Selon le ministre de l’Énergie, le CEB a pu réaliser des profits de Rs 1,7 milliard uniquement à cause de la baisse du prix de pétrole, et que cette instance n’a pas fait d’exercice de hedging. Le n°4 du gouvernement se veut toutefois réaliste par rapport au fait que la baisse des coûts du pétrole n’est pas « éternelle ». « Personne ne peut prédire le prix du pétrole en 2018-2019 », a-t-il déclaré. Le ministre Collendavelloo a affirmé jouer la carte de la prudence et dit s’attendre à une hausse du prix du pétrole.
En deuxième lieu, Ivan Collendavelloo prévoit une hausse des tarifs de l’électricité, car, selon lui, « il faudra investir dans de nouveaux équipements ». Ces investissements sont nécessaires pour éviter des situations de black-out, a-t-il fait comprendre. « Si nous réduisons les tarifs, nous allons rester avec un programme d’investissement en panne », affirme Ivan Collendavelloo. Concernant les moteurs de la centrale de St-Louis, Ie dirigeant du ML a précisé que le gouvernement veut « autant que possible » éviter de faire appel aux bailleurs de fonds, y compris la Banque africaine de développement (BAD).
Eddy Boissézon a annoncé, pour sa part, que le ML organisera un congrès le 25 février à 17h au Collège Universal, à Rivière-du-Rempart. L’Alliance Lepep tiendra également un congrès des femmes le 13 mars. L’occasion pour le secrétaire général du ML d’aborder brièvement le meeting du 1er mai de l’Alliance Lepep et de confirmer la « bonne santé » des différents comités régionaux du parti. « L’Alliance Lepep se porte à merveille. Tou pe deroul “full swing”. Ceux qui persistent à dire que l’alliance est en train de couler se trompent », a souligné Eddy Boissézon.