Les responsables de la Salvage Operation après l’échouage du vraquier MV Angel 1 au large de Poudre d’Or n’ont voulu prendre de risques inutiles pour la partie initiale. En effet, ils ont préféré laisser l’étape du pompage des 900 tonnes d’huile lourde se poursuivre à un rythme régulier au lieu de précipiter les choses. De ce fait, à hier après-midi, il restait encore 275 tonnes de mazout et autres lubrifiants sur les 900 tonnes du début à pomper durant le week-end des réservoirs de ce cargo avec sa cargaison de 30 000 tonnes de riz encore à bord.
« We have already pumped two-thirds of the oil on board the MV Angel 1. The remaining third should be secured out of the vessel during the week-end, » a fait comprendre, hier après-midi au Mauricien, Tony Redding, un des responsables de la compagnie spécialisée dans le renflouage de navires en détresse. Tour semble indiquer qu’au plus tard lundi, les risques de marée noire au large de Poudre d’Or seront complètement écartés.
En effet, dès le début des problèmes du MV Angel 1, drossé sur les récifs de Poudre d’Or, il y a exactement trois semaines, la préoccupation majeure des autorités mauriciennes étaient de mettre en place un plan pour réduire à zéro les risques de catastrophe écologique avec le carburant du bateau déversé à moins de trois milles nautiques du rivage du Nord-Est de l’île. Au ministère des Affaires maritimes, où se réunit quotidiennement la cellule de crise, les développements intervenus en fin de semaine constituent un véritable encouragement.
« C’est vrai que nous sommes sur le point de boucler l’étape la plus cruciale de cette Salvage Operation. Néanmoins, nous devrons être encore vigilants durant le week-end pour la fin du délestage d’huile lourde. Il nous reste à évaluer les dégâts causés par les récifs et qui pourraient également survenir quand le MV Angel sera désenclavé dans les semaines à venir. Nous sommes confiants que le plus dur est déjà derrière nous », a souligné un des ceux assurant la coordination des opérations sur terre et sur mer. Le carburant pompé du MV Angel est placé dans le Bunker Barge, le Minorque d’une capacité d’un millier de tonnes et appartenant à la filiale mauricienne de la compagnie pétrolière française, Total.
Durant le week-end, l’équipe de spécialistes de la Five Oceans Salvage (FOS) de Grèce, travaillant en étroite collaboration avec le consultant maritime, nommé par le gouvernement et des membres de la cellule de crise, mettra au point les derniers détails du Salvage Plan, qui sera mis à exécution à partir de la semaine prochaine. Entre-temps, du point de vue de la logistique, rien n’a été laissé au hasard.
En effet, depuis, un septième remorqueur, affrété par la FOS, a été dépêché sur la zone sinistrée pour prêter main-forte aux autres unités déjà sur place pour la troisième semaine, dont le Mahanuwara du Sri Lanka et le N’Dongeni du Mozambique sans oublier le Sir Gaëtan Duval et le Labourdonnais de la Mauritius Ports Authority.
L’option du transbordement d’une partie de la cargaison de 30 000 tonnes de riz à destination de la Côte d’Ivoire est de plus en plus évoquée parmi les spécialistes engagés dans cette opération. C’est ce qui explique la présence d’un aussi grand nombre d’unités sur zone. « La décision de transbordement sera prise après une évaluation de la situation en mer au début de la semaine prochaine. Nous ne pouvons rien confirmer à ce stade », devait-on s’appesantir, hier après-midi.
Mais tous ceux impliqués dans la Salvage and Towing Operation sont conscients que la prochaine étape risque d’être aussi éprouvante que celle en cours. Toutefois, les conditions en mer sont nettement meilleures qu’au cours de ces dernières semaines. Le capitaine Lothar Friis, le consultant du gouvernement, a fait comprendre au cours de la semaine, qu’il faudra compter au moins quatre semaines pour que le MV Angel soit remorqué en cale sèche pour des réparations majeures à la coque.
« I would not be surprised that the cargo remains in the reef for another four weeks. Yes, it can take so long. And besides, if we manage to move the bulk carrier before that time, I’d be the first to congratulate the officers », a soutenu le capitaine Lothar Friis en marge d’un point de presse animé conjointement par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires maritimes, Anil Bachoo, qui avait à ses côtés le ministre de l’Environnement, Deva Virahsawmy.
———————————————————————————————————————————