Plus d’une dizaine de jours après l’accident du vraquier M.V. Angel 1, drossé sur les récifs de Poudre d’Or, soit à moins de trois milles nautiques de la côte Nord-Est, les opérations de vidange des réservoirs de ce cargo en détresse devraient être enclenchées dès cet après-midi. Mais les autorités ont multiplié les initiatives et mesures sous le Contingency Oil Spil Plan pour réduire au minimum les risques de pollution du lagon. Ainsi, la cellule de crise, réunissant des spécialistes de la National Coast Guard, de la Special Mobile Force, du Directorate of Shipping, de la Mauritius Ports Authority et du ministère de l’Environnement s’est réunie d’urgence, hier matin, pour passer en revue les mesures prises à ce jour et les moyens arrêtés par la Five Oceans Salvage (FOS) de Grèce pour le renflouage de MV Angel 1.
Le plan établi prévoit que si le temps le permet, la première étape devra être mise à exécution, soit le pompage de quelque 900 tonnes d’huile lourde se trouvant dans les réservoirs du vraquier transportant quelque 30 000 tonnes de riz à destination de la Côte d’Ivoire. De ce fait, depuis ce matin d’importants moyens logistiques sont déployés au large de Poudre d’Or. Outre l’installation de bouées anti-marée noire autour du cargo sinistré et dans le lagon de Poudre d’Or, deux remorqueurs de la Mauritius Ports Authority (MPA) ont été dépêchés dans la région.
Le Sir Gaëtan Duval, remorqueur de la MPA, devait être rejoint dans la matinée par le Labourdonnais. Les équipages de ces remorqueurs se tiennent prêts à intervenir en cas de fuite d’huile lors des opérations de pompage. Le chaland Minorque, loué d’une compagnie à Port-Louis, se trouve déjà au large de Poudre d’Or pour réceptionner le mazout pompé de MV Angel 1. Des équipements spécialisés pour cette opération de pompage ont été commandés d’Afrique du Sud par la compagnie grecque responsable des opérations de renflouage.
Kyriakos Mitsokakis, le porte-parole de Five Oceans Salvage a confirmé que ces équipements ont été embarqués à bord d’un avion spécialement affrété, un Antonov AN-26 pour être acheminés à Maurice au cours du week-end dernier. Ces Bunker Pumping Equipments devront être installés dès ce matin pour relier le MV Angle 1 au Minorque.
« A ce stade, il est difficile de prévoir la durée de ces opérations de pompage d’huile lourde. Nous dépendons dans une grande mesure des conditions atmosphériques et de l’état de la mer. D’ailleurs, nous sommes à la merci du temps pour démarrer le travail aujourd’hui », fait-on comprendre dans les milieux autorisés et attendant l’arrivée sur les lieux d’opération du deuxième remorqueur de la MPA, le Labourdonnais.
D’autre part, une « Oil Spill Ops Room » a été aménagée sur place à Poudre d’Or pour assurer un meilleur “Monitoring” de la situation. Des éléments de la NCG et de la SMFG aussi bien que des spécialistes de la lutte contre la pollution en mer se tiennent prêts à intervenir en toute urgence si le besoin se fait sentir. « We keep out fingers crossed. Up to now, there has been no oil spill », rassurait-on ce matin.
Après le vidange des réservoirs du MV Angel 1, une décision devra être prise par les spécialistes du Five Oceans Salvage quant à la nécessité de transborder les quelque 30 000 tonnes de riz en prévision du renflouage. Pour ce qui est de cette étape cruciale pour désenclaver le M.V. Angel 1 des récifs de Poudre d’Or, d’autres équipements plus performants ont été réquisitionnés du Sri Lanka et du Mozambique. « Two tugs, the 8 000 bhp Mahanuwara and the subtech tug N’Dongeni have been mobilised to go to the aid of the grounded bulker ANGEL 1 off the north-eastern coast of Mauritius. The Mahanuwara has been mobilised from Sri Lanka and the Ndongeni from Mozambique with both tugs expected off Mauritius on or about 20 August’ », confirme le porte-parole de Five Oceans Salvage dans une déclaration postée sur le Website specialize dans les affaires maritimes internationales.
L’urgence des opérations de renflouage du MV Angel 1 se fait de plus en plus sentir dans la mesure où les tentatives en vue d’identifier les voies d’eau dans la coque du vraquier ont été vaines et que le niveau d’eau dans la salle des machines continue à monter avec des risques de plus en plus grands de se retrouver avec une épave au large de Poudre d’Or.