Depuis lundi, des craintes étaient émises quant à des dommages environnementaux  possible avec le pétrolier MV Ansa Brandeburg, transportant 1,420 tonnes d’huile lourde et 590 tonnes de diesel, en proie aux flammes à 450 km au nord-est de Maurice. Mais en fin de semaine, les sources approchées confirmaient qu’aucun déversement d’huile lourde n’a été constaté.
Aux dernières nouvelles, le MV Ansa Brandeburg était remorqué par le Coral Sea Fos qui avait quitté le port en début de semaine pour participer aux opérations de secours dont le spraying sea water over the distress vessel.” À vendredi, le pétrolier se trouvait 125 milles nautiques de Maurice. À ce stade, les sources approchées indiquent que les responsables des opérations sont en attente d’une autorisation de la Mauritius Port Authority en vue d’accoster le MV Ansa Brandeburg pour un exercice de “cooling the containers.” Entre-temps, des consultants de la Global Salvage Consultancy ont embarqué à bord du Dornier durant la semaine en vue de prêter main forte aux opérations en cours.
Outre le soulagement concernant le fait d’avoir évité un incident majeur avec le déversement d’huile lourde dans les parages du bateau, la satisfaction est de mise du côté des responsables des opérations car ce sinistre n’a fait aucun blessé ou de mort d’homme.
Après l’alerte donnée, lundi matin, à l’effet qu’un incendie s’était déclaré sur le pétrolier après une explosion, la National Coast Guard (NCG) donna des instructions pour dévier le MV Donau Trader, un cargo croisant dans les parages, en vue de porter secours aux 17 membres d’équipage. Ces derniers sont arrivés à Maurice le lendemain de cette catastrophe. Ainsi, la priorité après l’évacuation des membres de l’équipage fut de poursuivre les opérations afin d’écarter les risques de dommages environnementaux.
Selon les indications initiales fournies par le capitaine du MV Ansa Brandeburg, une explosion près de la grue no. 2 a provoqué l’incendie. Très rapidement, environ un tiers du MV Ansa Brandeburg a été englouti par les flammes. Après avoir essuyé de sérieux dommages à sa “superstructure”, le pétrolier a commencé à dériver vers l’Ouest tout en dégageant des nuages de fumée.