Promouvoir l’entreprenariat comme un outil de réhabilitation dans la société. C’est dans cette optique que SME Mauritius a lancé un programme de formation pour les détenus de la prison de Melrose. La formation, intitulée “My Business Programme”, est destinée à 20 détenus et trois officiers de la prison. Elle s’étendra sur dix semaines. Dans ce contexte, le ministre du Commerce, de l’Entreprise et des Coopératives, Sunil Bholah, a assisté à une séance de présentation du plan d’entreprise par les détenus le 19 septembre dernier à Melrose.

“My Business Programme” est un programme de formation lancé à la prison de Melrose afin de promouvoir l’entreprenariat comme outil de réhabilitation. Une fois relâchés, les détenus pourront ainsi devenir entrepreneurs et ainsi se réintégrer dans la société. Étendue sur dix semaines, cette formation comprend plusieurs modules, comme la création d’une “Start-Up”, la gestion, le marketing, la comptabilité, les ressources humaines et la préparation du Business Plan.

« Nous avons assisté à une présentation des Business Plans préparés par les détenus qui sont formés actuellement par SME Mauritius. Ce programme de formation est complémentaire aux différents cours qui sont offerts aux détenus dans plusieurs domaines, notamment l’agriculture, la boulangerie, la pâtisserie et d’autres travaux manuels. La vie ne s’arrête pas derrière les barreaux. Après s’être repenti, tout le monde mérite une deuxième chance. Il faut penser à la réintégration dans la société », a déclaré Sunil Bholah. Le ministre soutient par ailleurs que beaucoup d’ex-détenus rencontrent des difficultés pour obtenir un emploi après la prison. D’où l’intérêt de ce programme de formation, qui leur permettra de devenir entrepreneurs.

Outre la formation “My Business Programme”, les détenus bénéficient également du Social Entrepreneurship Program, un plan d’aide permettant à des aspirants entrepreneurs de trouver le fond nécessaire pour se lancer dans l’entreprenariat. « Le gouvernement a mis en place différents plans d’aide pour les entrepreneurs existants et potentiels. Les banques ont plusieurs plans de financement également. Il suffit d’avoir la volonté, l’ambition et la persévérance pour transformer ses idées en réalité. Le gouvernement ambitionne de faire de l’entrepreneuriat l’épine dorsale de notre économie. Dans cet élan, les détenus peuvent apporter leurs pierres à l’édifice et devenir des chefs d’entreprise », a-t-il précisé.