Myriam Cottias était l’invitée d’honneur du colloque international organisé en marge de la célébration du 180e anniversaire de l’abolition de l’esclavage le 1er février dernier. À cette occasion, elle a fait des interverventions très remarquées et a également animé une conférence en la résidence de l’ambassadeur de France. La présidente du comité national français pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage insiste sur le fait que le terme “travailleur engagé” ne veut pas nécessairement dire travailleur d’origine indienne. Des Africains ont également été recrutés comme travailleurs engagés.
 
Vous avez été invitée d’honneur du colloque international organisé à l’occasion du 180e anniversaire de l’abolition de l’esclavage sur le thème Yer rezistans zordi rezilians. Pouvez-vous nous en parler ?