Joseph Maurice Antoine Harel a rendu son dernier soupir le mardi 6 décembre à l’âge de 82 ans après une soudaine détérioration de son état de santé. Ancien élève du collège Royal de Curepipe, il entreprend des études en Angleterre et se joint à la firme comptable Brannan, White and Charlton à Londres durant les années 50 avant son retour à Maurice.
En 1959, Joseph Maurice Harel est nommé membre du conseil d’administration d’Harel Mallac & Co. Ltd, trois ans après l’incorporation de la compagnie. Il en sera le président de 1972 à 1986. Durant cette période, Harel Mallac & Co. Ltd prospère et se diversifie avec notamment le lancement du supermarché franchisé Prisunic en 1975 (une première à Maurice). Parallèlement, il entreprend un projet qui, à l’époque, était jugé impossible à mettre en oeuvre : la construction d’une usine d’engrais complexes pouvant réaliser différents grades adaptés aux diverses cultures. Avec l’appui de commerçants, de compagnies sucrières et d’une firme américaine, l’usine est construite à Chaussée Tromelin, Fort George en 1974, à la suite d’une discussion entamée avec le gouvernement de l’époque.
L’esprit d’entrepreneuriat de Joseph Maurice Harel le pousse aussi à favoriser des partenariats qui permettront la réalisation de projets tels l’hôtel Le Maritim, Iframac Ltd ou encore Henkel Chemicals Mauritius Ltd (aujourd’hui Archemics Ltd) dans les années 80.
Joseph Maurice Harel a également occupé la présidence de nombreuses compagnies, dont Mauritius Commercial Bank Ltd, Harel Frères Ltd, Les Gaz Industriels Ltée, Compagnie Sucrière de Mon-Choisy Ltée, Mount Sugar Estates Company Ltd et Belle Vue Mauricia Sugar Estate.
Très actif, Joseph Maurice Harel occupe la présidence d’autres organismes telles la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) en 1977, 1978, 1990, la Mauritius Chamber of Agriculture en 1965, 1966, 1969, 1970, 1981, 1982, 1991 et 1992, la Mauritius Employers Federation (MEF) en 1979 et la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) en 1966 et 1967. Il est ainsi étroitement associé à tout un pan de l’histoire économique du pays pré- et post-indépendance et sa contribution à l’industrie sucrière est reconnue.
« Si le groupe Harel Mallac est aujourd’hui reconnu à Maurice et dans la région, c’est en grande partie grâce à ce grand visionnaire. Sa perspicacité, sa détermination et son dynamisme, sans oublier son intégrité, son affabilité, sa gentillesse et sa grande sincérité qui auront grandement marqué tous ceux qui l’ont côtoyé », écrit Christopher Boland, CEO de Harel Mallac Group, dans une lettre adressée aux membres du personnel du groupe Harel Mallac.
« Le Mauricien » présente ses plus vives sympathies à sa veuve Francine et ses enfants Pamela, Antoine, Barthélemy et Charles.