Thérèse Sénèque-Rault, la seule qui avait la recette des biscuits maniocs fondants, est restée aux commandes de la Biscuiterie Rault jusqu’à ses 99 ans. Elle devait fêter le 1er juillet 2012 ses 100 ans. Le destin en a décidé autrement…
Admise lundi en clinique, on a informé sa famille qu’elle souffrait d’une congestion pulmonaire. Son petit-fils Patrick Sénèque, que nous avons contacté au téléphone, nous a déclaré que sa grand-mère a été inhumée ce matin au cimetière de Petit Bel Air à Mahébourg.
« C’est une grande tristesse pour toute la famille. Grand-mère se portait bien jusqu’à ce lundi. Nous avions prévu de fêter ses 100 ans l’année prochaine. Des parents de l’Australie avaient déjà réservé leur billet. Comme tous les ans, on fêtait l’année dans la cour de la Biscuiterie et grand-mère restait jusqu’au lendemain matin avec nous. Elle trinquait au Nouvel an avec son petit vin de verre rouge. Son départ nous attriste tous, mais nous comptons poursuivre son oeuvre et donner le même éclat aux biscuits Rault qui était sa fierté. »
En septembre 2010, la biscuiterie Rault a célébré ses 140 ans d’existence. Pour marquer l’événement, Thérèse Sénèque-Rault avait accueilli Le Mauricien. Elle nous avait surpris par sa vivacité d’esprit, sa démarche encore souple et surtout elle nous a régalé de ses petites histoires et anecdotes d’antan. Elle parlait avec une joie non dissimulée de sa croisière à bord du Costa Romantica, des régates qu’elle faisait à Mahébourg alors encore enfant et surtout de ces biscuits maniocs fondants dont elle seule en avait la recette.
Thérèse Sénèque-Rault disait aussi que la parole donnée est mieux qu’une signature et que sa plus belle musique « reste mes louanges à Dieu et les repas que je prends avec ma famille en communion d’esprit et de coeur ». Son voeu le plus cher a toujours été que les biscuits de la fabrique familiale se vendent davantage. C’est dans son dévouement à ce patrimoine qu’elle avait trouvé son équilibre dans la vie.