Quelque 78,48% des électeurs de la circonscription N° 10 (Montagne-Blanche/GRSE), soit 39 977 des 50 936 électeurs inscrits, ont voté dans les 18 centres qui étaient ouverts hier. C’est dans une ambiance de franche camaraderie et de respect de l’adversaire du jour qu’agents, activistes et candidats qui briguent les suffrages ont passé cette journée de scrutin.
Comme à l’accoutumée, une certaine sérénité a caractérisé cette journée spéciale dans la région est de l’île, où Ajay Guness, Washil Maghoo et Indira Seebun défendent les couleurs du PTr-MMM et Kalyan Tarolah, Sudhir Sesungkur et Sunil Bholah, celles de l’Alliance Lepep. S’ils sont six à briguer les suffrages sous les deux bannières principales, il n’y avait qu’un seul de ces 6 candidats à voter dans sa circonscription, à savoir Kalyan Tarolah qui, comme ses deux colistiers de l’Alliance Lepep, en est à son baptême du feu aux législatives. L’homme était présent dès 7h30 à l’école Ramnarain Roy GS, de Bel-Air, pour accomplir son devoir civique. Il était accompagné d’un agent ainsi que de Nazimah Tarolah, son épouse. « Elle est ma première source d’inspiration et, surtout, c’est d’elle que je puise tout le courage dont j’ai eu besoin pour réaliser cette campagne ! Si, chez soi, on n’a pas ce genre d’entente et d’encouragement, c’est foutu pour s’engager dans une telle campagne ! » témoigne-t-il, ému et fier. Sur le pied de guerre « dès la première prière de la journée », soit aux alentours de 4h30 hier, Kalyan Tarolah s’est lancé, à l’instar de ses deux colistiers et adversaires, dans la course contre la montre et sur la piste des électeurs.
Autre néophyte dans l’arène politique nationale, mais courant sous la bannière adverse, Washil Maghoo (PTr/MMM), était, lui, aussi présent à la SSS de Bel-Air aux alentours de 8 h. « Et encore, nous venons de terminer un marathon dans la circonscription avant d’atterrir ici, et de voir comment évoluent les choses ! » confie-t-il. Les traits très tirés – « nounn al dormi – kapav dir dormi mem sa ? – ver 4h30 du matin ek nou finn repran la route de 6h » – Maghoo, première candidature nationale, dit, une nouvelle fois, « l’immense admiration et la joie que m’a procurée cette campagne… à la campagne ! » Le jeune candidat poursuit : « Quand vous êtes en ville, le regard des gens chez qui vous vous rendez est rempli de préjugés. Ici, à la campagne, c’est un accueil chaleureux spontané. Et c’est cela qui m’a donné le courage de poursuivre cette bataille. »
Le visage tout aussi défait, puisque lui aussi était au four et au moulin la veille « jusqu’aux aurores », confirme-t-il, Ajay Guness, candidat du MMM depuis plusieurs années au N° 10, ne vote pas dans la circonscription lui non plus. Mais il a tenu à accompagner sa mère, Coolwantee Guness, habitante de Médine, à l’Osman Peerun GS, pour accomplir son devoir civique. « Bien sûr que j’ai voté pour mon fils ! » témoigne-t-elle à sa sortie de l’école. « C’est mon aîné et le seul de mes 4 enfants qui s’est engagé dans la politique. Nou finn touzour soutenir li, mem kan linn perdi osi, nou finn enkouraz li kontinye fer bon travay », confie Mme Guness.
Kalyan Tarolah admettra, lui aussi : « C’est un fait très rare et unique qu’un candidat puisse voter pour lui-même ! J’ai dit à mes deux colistiers : “vous n’allez pas voter pour moi… alors, je vais le faire moi-même !”. » Comme K. Tarolah, S. Sesungkur s’est lancé dans une course contre la montre hier : « Les électeurs d’ici ont soif d’écoute. Ils ne demandent que ça : être présent, les écouter, expliquer ce qui ne va pas et les conseiller tant que possible… C’est tout. Sinon ils se sentent délaissés. Un peu comme maintenant. Mais ils ont trouvé une oreille attentive auprès des candidats de l’Alliance Lepep. C’est ce qui va faire notre succès ! »
Chez les rouge/mauve également l’optimisme est de mise : « Nous nous acheminons vers une victoire éclatante », estiment, d’une même voix, Ajay Guness et Washil Maghoo. Le verdict final tombera dans le courant de la journée…