La campagne électorale dans la circonscription N° 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) a pris une autre tournure après que le leader du Reform Party Roshi Bhadain a consigné une déposition pour agression verbale mercredi contre un certain Yasin Rahimbaccus. Cet habitant d’avenue Telfair, Quatre-Bornes, est accusé d’avoir menacé de mort l’ancien ministre de la Bonne gouvernance alors que ce dernier faisait du porte-à-porte en compagnie de sa fille et ses activistes. Mais le suspect conteste la version des événements de Roshi Bhadain.
Pour assurer la sécurité des siens, Roshi Bhadain a préféré se tourner vers la police pour solliciter l’ouverture d’une enquête. Jeudi après-midi, le présumé agresseur a été interrogé par les enquêteurs en présence de ses avocats, Mes Yatin Varma et Raj Pentiah, et a donné une tout autre version de la situation. Yasin Rahimbaccus a avancé qu’il se trouvait dans la cour familiale quand il a aperçu le leader du Reform party, accompagnés d’une vingtaine de personnes dont des gros bras. Comme ces derniers faisaient du bruit, il a riposté. Or, selon lui, Roshi Bhadain et ses sympathisants sont entrés dans sa cour sans sa permission, en essayant de l’intimider. Il leur aurait demandé d’évacuer les lieux immédiatement. Ce sympathisant du Parti travailliste (PTr) a riposté en consignant une déposition à son tour contre son accusateur pour « rogue and vagabond ». Il a ajouté qu’après cet incident, il s’est rendu dans un commerce à Rose-Belle où, dit-il, l’épouse de Roshi Bhadain est venue le menacer.
Après avoir consigné sa version des faits, Yasin Rahimbaccus a été arrêté et traduit au tribunal de Rose-Hill le même jour sous une accusation provisoire de « threatening verbally ». Il a été relâché contre une caution de Rs 8 000. Concernant sa plainte pour vagabondage, une enquête est en cours. Par ailleurs, Me Raj Pentiah a logé une « precautionary measure » au poste de police de Quatre-Bornes contre Akilesh Deerpalsing, proche de Roshi Bhadain. L’avocat l’accuse d’avoir tiré des photos de lui sur son cellulaire sans sa permission. En l’interrogeant sur le motif de cet acte, Raj Pentiah dit n’avoir reçu aucune explication d’Akilesh Deerpalsing. Toujours par rapport à cet incident, le leader du Reform party a porté plainte contre l’avocat Akil Bissessur pour « breach of Information and communication Technology Act (ICTA) » suite à un post le concernant sur le réseau social Facebook.