C’est à Quartier-Militaire que Pravind Jugnauth, chef de file des candidats de l’Alliance Lepep dans la circonscription N° 8, a effectué sa dernière sortie à la veille des élections générales. Entouré de ses deux colistiers, Leela Devi Dookun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden, le leader du MSM a arpenté coins et recoins à la rencontre des habitants.
« Navin Ramgoolam get zis so lintere personel e li pa pou fe nanye pou ou. Bizin enn sanzman pou ki nou kapav redresse sa pei-la », devait déclarer le leader du MSM lors de ses dernières séances de porte-à-porte. Faisant ressortir que les « koz-koze » entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger avaient eu lieu alors que le Remake était toujours d’actualité, il prenait ses interlocuteurs à témoins « kinn trouve aster ki Navin inn dir linn lapes enn gro rekin ». Accompagnés d’une douzaine de partisans, Pravind Jugnauth et ses colistiers sont même allés à la rencontre des boutiquiers ou autres coiffeurs de la région pour écouter leurs doléances ou pour leur faire part de leur engagement à servir le pays.
Entre deux poignées de mains, il nous déclare sa satisfaction quant à la tenue des élections. « Ena enn bon lanbyans partou kot nou ale e dimounn pe dir bizin sanzman. Mo konvinku denn gran viktwar dan sa sirkonskripsion la. Ar sa lakey favorab ki nou pe gagne la, pena lot sime ».
Commentant les attaques personnelles contre sa famille, Pravind Jugnauth est catégorique : « Lepep pou sanksyonn zot ! » Il poursuit : « Azordi nou bizin vizilan avek sa kanpagn ki bann adverser pe amene. Zot dernye konsign se zet labou lor nou. Navin Ramgoolam ek Paul Bérenger pe tonb dan en basess ekstraordiner. Mwa ki kandida e zot pe atak mo madam ek mo tifi. Lepep pe trouve ki nivo zot ape tonbe e sa li pou sanksyone ».
Par rapport à la journée de demain, le leader du MSM compte privilégier un gros travail sur le terrain de la part de ses agents et activistes. « Mo pou lor terin boner gramatin pou get inpe lorganizasyon bann aktivis ek azan ki pe donn enn koudme. Mo pou osi la pou donn mo soutyin a tou sa bann kamarad ki pe fer en travay enorm ». Les partisans venus l’accompagner n’avaient pour leur part aucun doute que « mam inn fini vire e nou pou donn enn koreksion 3-0 isi, pena bare ».