Un mois après l’arrestation et l’inculpation provisoire de l’ex-ministre de la Santé Maya Hanoomanjee et la démission des ministres du MSM du gouvernement, le parti Soleil, qui s’est installé depuis dans les rangs de l’opposition, donne cet après-midi le coup d’envoi d’une campagne d’explications et de mobilisation de ses troupes à travers le pays. Le choix de la circonscription de Grande-Rivière-Sud-Est/Montagne-Blanche (No 10) a plus que valeur de symbole dans la conjoncture politique.
Le choix du No 10 vise une double cible. D’abord, l’ancien ministre de la Santé travailliste Rajesh Jeetah vu que l’appel d’offres pour la réalisation du projet de National Geriatric Hospital avec le rachat de la clinique MedPoint avait été lancé sous le « ministership » de celui-ci. Ensuite, le nouveau ministre des Coopératives Jim Seetaram qui permettra au leadership du MSM de faire feu de tout bois sur le fléau politique qu’est le transfugisme.
À sa décharge, le MSM est confronté depuis la semaine dernière à un problème de défections au sein de son hardcore dans différentes circonscriptions.
« Comme il avait été décidé d’un commun accord lors des délibérations des instances du parti, nous allons démarrer cet après-midi notre campagne d’explications à travers l’île. Les dirigeants du parti vont étayer et expliciter les raisons qui ont poussé aux récents développements sur le plan politique », a déclaré au Mauricien Nando Bodha, secrétaire général du MSM.
Après le choix politique et stratégique du No 10 de cet après-midi, le MSM se rendra dimanche matin à Mahébourg pour la circonscription de Mahébourg/Plaine-Magnien (No 12). Les prochains congrès du parti se dérouleront le dimanche 4 septembre à l’Unity College à Rose-Belle pour le No 11, le 7 septembre à Belle-Étoile pour le No 20, le 14 septembre à Saraswati Hall pour le No 4 et le 18 septembre au Keats College à Chemin-Grenier pour le No 14 . La clôture de cette tournée des 20 circonscriptions se fera à Quartier-Militaire/Moka (No 8), celle de l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances et leader du MSM, Pravind Jugnauth.
Il va de soi que le scandale du siècle avec l’affaire MedPoint au coût de Rs 144,7 millions sera évoqué en première ligne dans les interventions des dirigeants du MSM. La présence du parti dans la circonscription No 10 n’est nullement innocente en elle-même car elle permettra, du point de vue du MSM, de recentrer tout le débat de MedPoint avec pour principale cible le ministre Rajesh Jeetah.
Il n’est nullement un secret que l’un des principaux griefs entretenus par le MSM à l’encontre de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans cette affaire est d’avoir complètement fait l’impasse sur M. Jeetah, qui était le ministre de tutelle quand les critères pour le choix de la clinique susceptible d’accueillir le National Geriatric Hospital avaient été décidés peu avant les dernières élections générales du 5 mai 2010.
Les dirigeants du MSM ne digèrent nullement que jusqu’ici, soit huit mois depuis le début de l’enquête, l’ICAC n’ait pas cru nécessaire de convoquer Rajesh Jeetah pour des besoins d’interrogatoire under warrant au sujet de l’éventualité d’un Tailor-Made Tender. Pravind Jugnauth, qui trouve à redire quant aux procédures d’enquête adoptées par l’ICAC, soutient attendre de pied ferme la commission anticorruption sur cet aspect de l’enquête d’autant que dans sa written statement Maya Hanoomanjee a fait allusion à Rajesh Jeetah à plusieurs reprises et à d’autres personnalités politiques ayant un intérêt désintéressé dans le dossier MedPoint.
De son côté, l’ancien ministre du Commerce Showkutally Soodhun ne manquera pas de revenir sur le dossier de la gestion de la State Trading Corporation et plus particulièrement sur celui du fret pétrolier accordé à Betamax, compagnie aux liens étroits avec des proches de Rajesh Jeetah. Ce sera également une occasion pour le président du MSM de régler ses comptes avec le Special Adviser auprès du Premier ministre, Ah-Fat Kang Foon Lan Hing.
L’autre cible privilégiée des intervenants du MSM lors de ces congrès politiques sera Jim Seetaram, qui a déserté les rangs du MSM pour rejoindre le parti Travailliste à la faveur d’un maroquin ministériel. Le MSM compte dénoncer avec force le transfugisme et réclamer la démission de M. Seetaram en tant que parlementaire du No 10. Il faudra s’attendre à la même demande à l’encontre de Mireille Martin, nouvelle ministre de l’Égalité des Genres.
Le congrès de cet après-midi aura également pour toile de fonds la lutte d’influence sur le terrain en vue de « faire virer des militants du MSM ». Deux comités s’affrontent dans la circonscription de GRSE/Montagne-Blanche, avec l’un mené par le ministre Jim Seetaram jurant fidélité au Ptr et l’autre gardant le « fort politique » du MSM à l’Est.
Le MSM se doit de proposer une parade contre cette campagne initiée par le Ptr pour éviter toute hémorragie de sa base. Dans un premier temps, les dirigeants du parti apposent une politique de fire fighting en répondant du coup par coup aux dissidents à travers une multiplication de points de presse des différentes circonscriptions.
En fin de semaine, des anciens militants du MSM de Grand-Baie/Poudre d’Or (No 6) et de Curepipe/Midlands (No 17), gagnés à la cause du Ptr, ont annoncé des conférences de presse « pour dénoncer la trahison du MSM envers l’Alliance de l’Avenir ». Au Sun Trust, l’on affirme que cette tournée politique à travers l’île servira aussi pour tâter le pouls de la base et procéder à une restructuration des structures « at grass root level » si le besoin se fait sentir.