Il a fallu de très peu pour que la proclamation des résultats finaux dans la circonscription N°17 (Curepipe/Midlands) se fasse sans la présence des partisans de l’Alliance Morisien. À 21 heures, lorsque le Returning Officer, Sharma Ramphul, s’est présenté aux côtés des deux candidats Steven Obeegadoo et Kenny Dhunnoo, élus de l’Alliance Morisien pour annoncer les chiffres tant attendus, de nombreux sympathisants avaient déjà pris la direction de la sortie.

Arrivés devant le centre de dépouillement, l’école de St Jean Bosco RCA, en fi n d’après-midi, les partisans orange, pour la plupart, se sont vite lassés. Les résultats du deuxième pointage tombés peu avant 18 heures, il était alors évident que la proclamation des vainqueurs allait tarder. À ce moment-là, il était quasiment sûr que l’Alliance Morisien allait rafl er deux sièges à Curepipe/ Midlands. À l’extérieur, les esprits avaient commencé à s’échauffer parmi les partisans et l’un d’eux devait même nous menacer en présence des policiers pour avoir fi lmé la scène. Massés devant la porte d’entrée de l’école, les policiers ont fait barrage pour interdire l’accès au groupe de sympathisants. Se disant ému, Steve Obeegadoo, élu avec 11 865 voix, a souhaité attendre la dernière minute avant de faire une déclaration à la presse. L’initiateur de la Plateforme Militante était de loin celui qu’on attendait en tête de liste à ces élections.

D’ailleurs, la veille, même ses collaborateurs émettaient des réserves sur ses chances d’être dans le trio gagnant. Mais dès le premier pointage à 14h50, sur les 10 431 bulletins dépouillés, Steve Obeegadoo prenait déjà une petite avance avec 3 540 voix. Face à la presse, avant son discours, l’ancien MMM n’a pas manqué de faire allusion à son expulsion du parti de Paul Bérenger il y a un an.

Et face à ses nouveaux sympathisants, il a lancé une pique envers ses anciens camarades mauves qui « se sont laissés manipuler en restant avec le MMM. » Steve Obeegadoo a aussi eu une pensée pour son colistier Eddy Boissézon (10 119), candidat ML (Alliance Morisien) qui ne fera pas partie des élus. Quant au deuxième élu de la circonscription N°17, Michaël Sik Yuen (11 066 voix), il a préféré quitter le centre de dépouillement plus tôt.

Le seul candidat de l’Alliance Nationale ayant réussi à se faire élire était devancé par Kenny Dhunnoo au deuxième pointage et Lindsay Paul, candidat MMM, au premier pointage. Mais la remontée du candidat Sik Yuen devait aussi surprendre plus d’un, car d’aucuns pensaient qu’il serait devancé par son colistier du PMSD Adrien Duval. Mais au deuxième pointage, le candidat bleu devait occuper la quatrième place avec 8 297 voix. Kenny Dhunnoo, vivement plébiscité par les partisans du MSM, a récolté 10 766 votes. Le décompte a connu une situation inédite qui a tenu les candidats des principaux blocs en haleine jusqu’à la publication offi cielle du premier pointage.

En effet, dès le dépouillement des premiers bulletins vers 1h, la tendance qui prévalait pour les trois blocs s’annonçait “serrée.” Dans certaines counting units, les noms des candidats du MMM, Lindsay Paul, France Marie et Avinaash Munohur, se démarquaient. Des premières indications laissaient entrevoir qu’un 1-1-1 était possible au N°17. Adrien Duval de même que d’autres candidats, crispés, faisaient le va-et-vient dans les salles de décompte.

À un certain moment, les candidats rouges et orange qui avaient constaté des erreurs sur trois bulletins de vote devaient même réclamer avec virulence l’annulation d’un bulletin en particulier. Mais une fois que le MMM n’était plus dans la course, la tension allait retomber d’un cran, mais pas pour autant se dissiper. De son côté, Lindsay Paul devait néanmoins s’interroger sur la performance de son challenger Steve Obeegadoo. « Comment est-ce possible qu’il soit en tête alors qu’il a été absent du terrain pendant cinq ans ? » S’il y a un candidat qui affichait réellement la sérénité à son arrivée au centre de dépouillement tard dans la journée, c’était bien Eric Guimbeau, leader du MMSD. En ne raflant que 10% (3 568) des voix, l’ancien député de Curepipe/Midlands nous confiait s’attendre à un score nettement inférieur que les candidats des principaux blocs. Mais ces élections, dit-il, l’ont conforté dans sa décision de se présenter aux prochaines municipales.

 

INSOLITES

Il calme les esprits et prend un bain de foule

Sorti du centre de dépouillement pour calmer les esprits, le temps que les officiers électoraux complètent le décompte, Kenny Dhunnoo en a profité pour prendre un bain de foule. Le candidat élu de l’Alliance Morisien a été porté en triomphe sous les clameurs. Une fois qu’elles se sont tues, il devait demander aux partisans de garder le silence en attendant la fin du décompte.

Le bulletin de la discorde

Le calme qui régnait au centre de dépouillement a été momentanément interrompu par une contestation des rouges et des orange. Ces derniers demandaient l’annulation d’un bulletin de vote contenant trois croix pour un bloc politique et une autre croix raturée. Les mauves devaient, eux, s’opposer aux contestataires. Dans la foulée, un agent orange devait même scander « voler ! » Au final, tous les bulletins de vote contestés ont été invalidés.

Les bleus encombrants ?

Profitant d’un moment où ils étaient entre eux, des collaborateurs rouges ont poussé la confidence en oubliant que les murs ont des oreilles. Visiblement, ils auraient préféré avoir mené la campagne seuls, sans les bleus dans la course.