L’état de santé de Devina Bhoyjaunauth s’améliore graduellement. La jeune mère des quadruplés, nés à 5h dans la matinée du 28 février à Rose-Belle, a été transférée dans la salle postnatale le lendemain. Viren Runghen, le père, a pu finalement s’entretenir avec elle. Elle a hâte de pouvoir serrer contre elle ses deux filles et ses deux garçons pour la première fois.

Jusqu’ici, elle n’a pu sentir vibrer ses quadruplés. Par contre, hier, de son lit d’hôpital, elle a pu échanger quelques mots avec son époux et le père de ses quatre enfants.

« J’ai finalement pu voir la mère de mes enfants à la mi-journée de vendredi, soit environ 36 heures après son admission à l’hôpital de Rose-Belle. Je suis content de voir qu’elle récupère graduellement. Elle ressent toujours des douleurs mais elle se porte mieux qu’avant », affirme Viren Runghen quelques minutes après.

Le couple attend maintenant que leur « petite » famille se réunisse pour la première depuis cet heureux événement. La jeune mère de 22 ans est aussi impatiente que son compagnon de voir ses deux garçons et ses deux filles. De son lit d’hôpital, Devina raconte: « J’en étais à mon quatrième mois de grossesse quand j’ai appris que j’attendais des quadruplés. Je ne m’attendais pas du tout à cette nouvelle. Mais j’ai sauté de joie car c’est un événement inhabituel chez les femmes. J’ai tout préparé pour accueillir mes bébés. J’ai acheté des vêtements pour chacun, similaires mais de couleurs différentes. Tout est prêt pour accueillir nos quatre bébés à la maison », dit-elle.

Interrogée sur les noms des bébés, Devina dira qu’elle n’y a pas encore pensé pour le moment. « J’attends qu’on rentre à la maison pour choisir leurs noms », dit-elle. En ce qui concerne son état de santé, Devina indique qu’elle se sent toujours faible et ressent des douleurs au niveau de son ventre en raison de la césarienne. « Mes proches m’ont apporté de la nourriture et des fruits. Je vais devoir reprendre des forces pour mes enfants », précise-t-elle.

La jeune mère affirme qu’elle souhaite voir ses bébés. « Depuis que je les ai mis au monde, je ne les ai pas vus. Les médecins les avaient déjà transférés à la NICU. J’attends impatiemment qu’on vienne me présenter à mes fils et filles. Même si mes filles sont à Rose-Belle, je ne les ai pas encore vues. Mo anvi trouv zot, mo anvi pran zot enn tigit », confie Devina.

Viren revient sur les événements qui ont marqué leur vie. Il est père de trois enfants de sa première union alors que Devina est déjà, elle, mère de deux fillettes. Très amoureux l’un et l’autre, Viren et Devina ont emménagé ensemble depuis deux ans. Le couple habite Riambel, Surinam.
Il y a sept mois, Devina apprend qu’elle est enceinte de son compagnon.

Toutefois, un médecin devait l’informer que son bébé était dans une trompe utérine et qu’il faudrait l’enlever. À cet instant, Devina ne savait pas qu’elle portait cinq enfants. Après la chirurgie, la jeune femme croyait qu’elle n’était plus enceinte mais, des semaines plus tard, elle découvre que quatre bébés grandissaient dans son ventre. « Tout le monde était content d’apprendre la nouvelle. J’étais heureuse mais j’avais peur parallèlement car c’est une expérience inhabituelle », confie Devina.

Cette dernière souligne qu’elle a connu une grossesse très difficile. « Heureusement que j’ai eu le soutien de mes proches. Mon ventre était énorme. Je ne pouvais rien faire sauf m’asseoir et dormir. Ma mère a dû s’occuper de moi », dit encore Devina

Viren raconte que dans la nuit de mercredi, Devina voulait se rendre à Grand-Bassin. « Tout se passait bien. Quand nous sommes rentrés à la maison, sa poche d’eau s’est rompue. Elle m’a demandé de l’emmener d’urgence à l’hôpital. J’ai eu peur. Mais tout est bien qui finit bien », conclut Viren.