Il était 1h50 lorsque la petite Kiara,  Maria de son deuxième prénom en hommage à la Vierge Marie, est venue au monde à l’hôpital Jeetoo. Impatiente de découvrir la lumière du jour, elle a pris toute sa famille de court. Elle était en effet attendue pour le 25 janvier.
Du haut de ses 50 centimètres, la petite Kiara Drack est venue emplir de joie le coeur de ses parents et ses grands-parents. C’est le deuxième bébé à avoir pointé le bout de son nez, à 1h50. Une arrivée inattendue pour la maman, Arlette Saint Pierre-Drack, qui ne devait accoucher que le 25 janvier, par césarienne. Mais donner naissance est loin d’être une science exacte et la petite Kiara en avait décidé autrement. Sa mère s’apprêtait à passer le réveillon de la Saint-Sylvestre avec sa famille à Maurice, avant un retour probable à Rodrigues, où elle vit.
Mais les contractions se sont manifestées depuis le 30 décembre durant l’après-midi. Arlette Saint Pierre-Drack se rend au centre hospitalier Dr Jeetoo où elle exerce,  dans la matinée du 31 décembre. Elle passe voir son gynécologue, suite à ces contractions de la veille, pour s’assurer que tout va bien pour elle et pour le bébé, en pensant passer une journée de travail ordinaire. Contre toute attente, elle est priée de rester à la maternité de l’hôpital, dans la salle pré-natale N3. Les contractions devenant plus intenses à partir de 21h, à minuit la jeune femme de 30 ans, a été transférée à la salle de travail. Sans gros efforts, Kiara a pointé le bout de son nez à 1h50. « Ce fut une joie immense. J’étais pleinement consciente, je l’ai vu et entendu crier. Lorsqu’on l’a mis sur moi, j’ai immédiatement été émerveillée de voir ma petite fille », témoigne l’heureuse maman. Kiara pèse 2.27 kilos et mesure 50 centimètres. Née à 36 semaines et quelques jours : ce petit bout de chou se révèle être la première fille de 2015. Il s’agit du deuxième enfant d’Arlette et de Garine, éducateur physique à Rodrigues. Le petit Juan Kepha, 2 ans, est un grand frère heureux, même si quelques fois il veut sa maman pour lui seul.
La maman se souviendra toujours de ce moment tant attendu. « Il était prévu que j’accouche par césarienne mais je souhaitais connaître un accouchement normal. Durant la nuit du 31 décembre, alors que tout le monde faisait péter les pétards, je vivais un moment stressant et douloureux. Je m’inquiétais qu’il arrive quelque chose au bébé, ce qui m’a donné une petite fièvre de même que le coeur du bébé battait vite. J’ai appelé ma maman et ma famille m’a soutenu, elle a prié pour moi. J’ai aussi contacté mon mari à Rodrigues pour lui faire part de ce que je vivais », raconte-t-elle. Arlette se dit comblée d’avoir eu tout le soutien de sa famille de même que le personnel de l’hôpital parmi lequel se trouvaient ses collègues. De retour à la maison le 2 janvier, c’est tout de rose vêtue que Maria Kiara a fait son entrée dans les familles Saint-Pierre et Drack, à Cassis.