Les démarches du ministère de la Jeunesse et des Sports pour remettre en place un comité exécutif de la Fédération mauricienne de Natation (FMN) à travers des élections connaîtront une étape importante le 4 octobre prochain. Le caretaker committee a, en effet, convoqué l’ex-présidente de la FMN, Doreen Tiborcz de même que l’ex-secrétaire général, Satyaprakash Banarsee pour un exercice de«handing over» des affaires de la fédération. A également été invité à cet exercice la secrétaire administrative de la fédération. En attendant, nous apprenons que des mesures ont été prises pour bloquer le compte bancaire de la FMN jusqu’à ce que l’exercice de «handing over» soit terminé. Alors qu’entre-temps la FINA (fédération internationale) et la CANA (confédération africaine) ont été officiellement averties par le ministère de la situation à Maurice. Selon nos informations, le président de la CANA, Mustapha Larfaoui aurait déjà réagi.
«L’étape la plus importante demeure l’exercice de handing over. Une fois que le ad-hoc committee sera en possession de tous les documents officiels de la fédération, nous serons donc en mesure de cerner la vraie situation par rapport à notre mission», a expliqué un membre du ad-hoc committee après la première réunion de jeudi dernier dans la salle de conférence du MJS. En effet, pour l’heure, le ad hoc committee s’est contenté de faire un premier bilan de la situation sous la présidence de Jacques Malié, tout en définissant son cahier des charges, qui se résume finalement en deux points.
Primo, la prise en charge de la fédération le temps qu’un nouveau comité soit élu et secundo l’organisation des élections dans les comités régionaux et au niveau national avec les clubs existants.
Un calendrier de rencontres
«Mais il y aura quand même un travail à faire pour situer les statuts de chaque club par rapport aux règlements de la fédération et aussi les régions qui ont été  ‘merged’ avec l’aval du ministre. Cette tâche a été confiée au Registrar of Associations qui a les données en main et aussi nous attendons d’être en possession des documents officiels de la fédération avant de nous lancer dans cet exercice», nous a encore expliqué un membre de ce comité. Mais depuis jeudi dernier après la première réunion entre Jacques Malié (président), Dev Putty (représentant du MJS) et Vinesh Sunassee (représentant du Registrar — le Comité National Olympique ayant décidé de ne pas se faire représenter dans ce comité ad-hoc après avoir accepté au départ— de dresser un calendrier de rendez-vous. Après le handing over du 4 octobre, le ad hoc committee de la FMN compte rencontrer le directeur technique national, Philippe Pascal.
Le but de cette rencontre avec le DTN ,c’est de faire une synchronisation entre la partie technique et administration de la FMN tout en s’assurant que les items en souffrance dans le calendrier 2011 soient relancés et  «il est aussi question de la participation de Maurice dans les Championnats d’Afrique jr au Nigeria en décembre. On verra avec le DTN de la pertinence de la participation de Maurice dans cette compétition et nous espérons que d’ici là, la FMN aura déjà eu un nouveau comité de direction», a renchéri ce membre du ad-hoc committee.
Les tractations ont commencé
En attendant que les affaires officiels reprennent, les tractations dans les coulisses pour le contrôle de la FMN ont déjà commencé. En fait, selon nos informations avant même que la démission de Raj Boyjoo, Wendy Meeterjoye, Satyaprakash Banarsee, Leckraj Ramgoolam et Dickenrao Suddhoo soit officielle dans la soirée du mardi 13 septembre, l’ex-présidente de la FMN, Doreen Tiborcz est partie chercher conseils auprès du président du CNO de Maurice, Philippe Hao Thyn Voon.
Par la suite, on raconte que Doreen Tiborcz aurait décidé cette fois de ne pas faire confiance aux petits clubs qui l’avaient portée au pouvoir en 2008, mais préfère  une alliance avec les clubs dits «grands», comme son ancienne formation le CNQB de Charles Cartier, le CAMO   ou le CNS d’Aline Wong. Des clubs contre  lesquels elle n’a jamais cessé d’être critique, voire  «vindicative» à l’occasion, notamment contre le CNQB. L’approche avec Bruno Grattepanche, l’entraîneur du CNQB avant et après les JIOI n’est pas un fait du hasard dit-on dans les coulisses. Mais ira-t-elle jusqu’à faire le pacte avec le «Diable» pour un retour au pouvoir? Comme l’épisode d’Arseth et Ah-Quah nous a démontré qu’elle a plus d’un tour dans son sac, attendons voir, puisque les informations dont nous disposons tendent à confirmer que Doreen Tiborcz cherche a ratissé large pour revenir au pouvoir au sein d’une fédération, de laquelle elle voulait elle-même démissionner  en juillet dernier.
DT débarque à la réunion de l’APFO
Mais soucieuse de son image et dans une ultime tentative pour se faire passer plus pour une victime désignée que pour une responsable de la situation , Doreen Tiborcz a débarqué mercredi dernier à la réunion de l’Association des présidents des Fédérations Olympiques en devenir, au Gold Crest Hôtel. Même si, selon nos informations, personne n’a rien dit,  cette présence a jeté par moment un froid selon deux présidents présents dans la salle. Alors qu’un représentant de fédération était si embarrassé par cette présence qu’il est allé jusqu’à nous affirmer que l’ex-présidente de la FMN n’était pas présente dans la réunion. Rien de plus faux, car ils ont été nombreux à nous dire le contraire et a confirmer aussi qu’elle a profité pour cracher son venin sur presque tout le monde qu’elle a accusé, en des termes à peine voilés «d’ourdir un complot contre elle».
Dans la foulée, elle aurait aussi confié à une de ses proches qu’elle a écrit aux instances internationales pour expliquer «sa version des faits» de la situation au sein de la natation mauricienne après la démission de 5 membres de son comité exécutif. Mais reste qu’on sait que Mustapha Larfaoui, le président de la CANA, a déjà réagi au ministère de la Jeunesse et des Sports.
En attendant, il se confirme aussi que l’atmosphère au sein de la natation, notamment à la piscine Serge Alfred, devient de plus en plus convulsive.