Dix-neuf mois que la natation mauricienne est sous le dictat infernal d’un trio infernal composé de Doreen Tiborcz, Souriendra Seebaluck et Anil Nawjee. 19 mois que les nageurs mauriciens sont privés de compétition locale et étaient forcés de participer financièrement aux rares déplacements à l’étranger qui leur étaient proposés. 19 mois que Doreen Tiborcz se prévalait du titre de présidente de la Fédération mauricienne de Natation de la façon la plus illégale qui soit, comme du reste l’a constaté noir sur blanc un juge de la Cour Suprême dans un jugement rendu mercredi. 19 mois de misère pour un sport qui était pourtant revenu des Jeux des Iles de 2011 avec les espoirs les plus fous. 19 mois finalement que les clubs dans leur grosse majorité luttent pour que leurs  droits soient respectés.
Hier à 15h25 lorsque le “Returning Officer” de la Commission Electorale a annoncé la liste des 11 élus pour le nouveau comité directeur de la FMN, il y a  eu dans la salle comme un sentiment de soulagement. Car  effectivement, c’est une nouvelle ère qui commence pour cette fédération qui peut enfin sortir la tête de l’eau. Notamment son nouveau président, Harold Lai, qui, depuis les élections au niveau régional, faisait l’unanimité au sein de la famille de la natation mauricienne. Même Doreen Tiborcz et Souriendra Seebaluck, qui ont participé aux votes, malgré le fait qu’ils ont choisi de fuir les urnes — peut-être par peur de ne terminer la course qu’avec trois voix, comme Floyd Fitzgerald, dont on salue le courage — ont voté pour le président du CNS.
Déjà le OK pour les statuts de la FMN
C’est donc dans une ambiance plus que bon enfant que ces élections se sont déroulées. Mais au préalable, les membres de l’assemblée de la FMN ont été appelés à adopter les nouveaux statuts de la fédération. Des nouveaux statuts qui devaient être très vite avalisés par le Registrar of Association (RoA) dont un de ses représentants a travaillé de concert avec les membres de l’Election Panel. Il faut rappeler sur ce dossier que de 2008 à ce jour, soit plus de 4 ans, Doreen Tiborcz n’a jamais pu faire passer la pilule auprès du RoA. Allez savoir pourquoi…
Cette étape franchie, les 14 membres présents — Satyaprakash Banarsee était absent du pays —  ont été appelés à choisir les 11 membres du comité dans des vraies conditions des urnes, mises en place par les hommes d’Ally Dahoo, de la Commission électorale. Les résultats ont été sans surprise, avec Sayaprakash Banarsee, Jean-Marie Froget, Médgee St-Louis, Marie Rose Koo, Harold Lai, Nawaaz Sakauloo, Dominique Seeyave et Florise Sooroojebally faisant le plein des voix, soit 14 au total. Suivis dans l’ordre,par Raj Boyjoo avec 13 voix, Richard Meeterjoye 11 voix et Aline Kong 10 voix.
Tiborcz pas?pressée pour le «handing over»
Pour l’heure, on ne peut que dire pour Harold Lai, qui a été élu président à l’unanimité, que c’est une douce revanche. Souvenez-vous de février 2008 lorsque cet homme, haut cadre de MCFI, fut humilié lors de ce même exercice avec…une voix. Aujourd’hui, c’est avec la confiance de l’ensemble des cinq régions qui forment la FMN qu’il assume le poste de président et déjà  à une question de Week-End, le Portlouisien place son mandat sous trois mots clés: Gérer, fédérer et avancer.
«Par gérer, je veux dire qu’il nous faut tout de suite prendre en main les affaires de la fédération qui a été inactive pendant trop longtemps. Nous avons toute la machine administrative à mettre en place pour relancer aussi la machine afin que les nageurs puissent commencer à bénéficier. Par fédérer, je veux dire que notre mission c’est de mettre tout le monde on board. C’est à dire, les nageurs, les clubs et ses dirigeants, le ministère des Sports, le Comité Olympique Maurice, le TFES, la FINA-CANA et le DTN. Par avancer, je voudrais que mon équipe et moi-même puissions porter la natation à un niveau plus haut, notamment en ce qu’il s’agit des compétitions. Mais je voudrais aussi dire qu’avec moi comme président de la FMN ,il n’y aura pas de one man show. Il y a 10 autres personnes dans cette équipe qui a une compétence, avec lesquelles je suis appelé à travailler», a soutenu le nouveau président de la FMN.
Question certainement de mettre les points sur les «i» dès le départ, car même si tous reconnaîssent volontiers que la tâche de la nouvelle équipe est herculéenne en raison d’une part du désordre qui s’est entassé depuis ces 19 derniers mois et d’autre part, du peu d’empressement noté chez Doreen Tiborcz d’aller très vite avec un «handing over», sous prétexte que l’ex-trésorière Olyn Chan Chin Wan n’est pas en condition de, bouger physiquement. «Mais si bizin aller kot li, nous pou alle kot li», a lancé un nouvel élu, comme pour démontrer qu’il n’y a pas de temps à perdre.
Il y a effectivement pas de temps à perdre, car il y a déjà la participation de Maurice dans les Championnats du Monde en bassin de 50m à Barcelone dont la présidente illégale garde toujours jalousement le dossier sous le bras. Et aussi pourquoi elle veut garder pour encore 72… le code d’accès au mail de la fédération. Allez savoir pourquoi encore une fois…
Rencontre Lai-Pascal cette semaine
Si on s’en tient aux conditions «imposées», le «handing over» pourrait avoir lieu d’ici mercredi où la nouvelle équipe dirigeante de la FMN pourrait tenir sa première réunion. Par contre, il reste une étape importante à passer avant de pouvoir avoir accès aux locaux de la fédération, c’est le certificat de reconnaissance du ministère de la Jeunesse et des Sports. Hier, après avoir mis en place le bureau, le nouveau président de la FMN a discuté de la situation avec le représentant du MJS et Desk Officer pour la natation, Dev Putty, pour les démarches administratives sur cette question.
C’est qu’une fois cette reconnaissance réactivée que la FMN puisse entrer dans le concert des fédérations reconnues et puisse bénéficier des aides qui lui reviennent de droits. Cette semaine l’agenda d’Harold Lai et son équipe risque d’être chargé avec des rencontres avec Philippe Pascal, qui du coup va certainement reprendre des couleurs et retrouver dans la foulée son titre de Directeur Technique. Outre l’urgence qu’il y a à voir dans le dossier de la participation mauricienne à Barcelone, il y a aussi toute l’organisation des compétitions à mettre en place.
19 mois après. les bras risquent un peu d’être rouillés de part et d’autre, mais Harold Lai on le sait a déjà échangé quelques idées sur cette question avec Philippe Pascal qu’il pourrait rencontrer dès  le début de cette semaine. Mais pour la première compétition officielle après 19 mois de sevrage, le nouveau président de la FMN ne veut pas se prononcer. «J’attends notre première rencontre avant de me prononcer», explique-t-il à Week-End.
Interrogé, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, exprime sa satisfaction devant la fin d’une agonie pour la natation mauricienne. «On a perdu un temps immense et je suis de ceux qui croient que le temps perdu ne se rattrape pas. Ma première des décisions c’est de reconnaître très vite la nouvelle FMN et les aider à essayer de rattraper le temps perdu. Désormais, la balle est dans le camp de la nouvelle équipe avec à sa tête Harold Lai, que je ne connais pas personnellement mais que je vais apprendre à connaître avec toute son équipe. Je suis extrêmement heureux de ce dénouement et j’espère pouvoir rencontrer la nouvelle équipe très vite afin de lui donner tout le soutien de mon ministère pour qu’elle commence à travailler dans les meilleures conditions», a soutenu au téléphone hier soir le ministre des Sports.
Mais déjà une mauvaise nouvelle attend le nouveau comité, «the out going president» a indiqué aux nouveaux élus que les caisses sont vides. Alors où sont passé, par exemple, l’argent des affiliations des clubs?