La Fédération mauricienne de Natation (FMN) ne choisira pas à l’aveuglette son prochain directeur technique national (DTN). C’est le moins que l’on puisse dire après que Week-End a appris que quelques personnes au sein de la fédération ont dressé les responsabilités du successeur de Philippe Pascal. Le moins que l’on puisse dire également est que celui qui prendra le relais  n’aura pas les coudées  franches et il n’aura certainement pas la même posture qu’avait prise Philippe Pascal, qui avait profité de l’éclatement de la FMN pour ne s’occuper que de l’entraînement des nageurs qui bénéficient d’une bourse sous le TFES (Trust Fund For Excellence in Sports).
Selon nos informations, le prochain DTN aura le responsabilité de conseiller la FMN, sur le développement et la promotion de la natation et des sports aquatiques à Maurice comme à Rodrigues, tout comme la préparation d’un programme de développement et d’assistance technique à tous les objectifs et les stratégies de la fédération et du ministère des Sports, qui demeurera l’employeur du future DTN. «Je ne conçois pas le rôle d’un DTN d’être chaque après-midi au bord de la piscine pour suivre les entraînements. C’est plus le travail d’un entraîneur», explique d’emblée le président de la FMN.
Les trois axes
Pour Harold Lai, le prochain directeur technique national doit pouvoir articuler son travail sur trois axes, tout en prenant en considération «un certain nombre de choses auxquelles la fédération tient beaucoup.» L’axe prioritaire reste pour Harold Lai la démocratisation de la discipline. «Je persiste à dire que la natation ne peux pas se pratiquer que dans trois régions, notamment Beau-Bassin, Quatre-Bornes et Calebasse. Nous devons être en mesure de porter cette discipline dans les quatre coins de l’île grâce à un projet ambitueux», dira encore une fois Harold Lai. Sauf que ce projet longtemps annoncé et commenté depuis sa prise de pouvoir, mais  resté qu’au stade des projets d’intention.
Les deux autres axes sont la compétition pour l’élite et placer Maurice sur la carte internationale. Pour cela, la FMN compte beaucoup sur l’organisation des compétitions d’Open Water, qui peut être un vecteur, voire un argument pour vendre Maurice comme une destination à la fois sportive et touristique.
Le nouveau DTN écoutera-t-il davantage les demandes de la FMN? Pas certains, d’aventure les rôles et les responsabilités de tout un chacun ne sont pas discutés et précisés au préalable. D’autant que le rôle du prochain directeur technique national sera aussi de superviser la préparation et le progrès des nageurs de l’élite avec pour objectif de les faire progresser sur le plan régional et international. Dans ce contexte, si avec le départ de Philippe Pascal, le groupe qui s’entraîne avec un bourse du TFES n’est pas en suspens.
En attendant que son contrat soit résilié de façon définitive, Philippe Pascal a recommencé avec les entraînements dits du «Trust». Mais avec un rythme bien diminué, à savoir une séance par jour. Ce qui est loin du rythme nécessaire pour les nageurs de haut niveau. mais la FMN ne semble pas faire grand cas de ce dossier. Puisque en dépit du fait de la décision de ne pas continuer avec Philippe Pascal et dans l’attente de trouver son remplacement, le président de la FMN ne trouve pas utile de rencontrer le Chief Executive ou le président du TFES pour discuter de cette nouvelle situation ou tout au moins trouver un entraînement pour assurer la cadence attendue de Philippe Pascal.
De l’eau au moulin
«We will cross the bridge when we meet it», répondra quand même Harold Lai à notre interrogation et  selon lui, le pont viendra à la FMN que quand le nouveau DTN sera en place. Faut croire que le président de la FMN n’a pas pleine conscience du niveau, voire du rythme du travail au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports. Sans doute, il saura que le «very soon» de ce ministère veut aussi dire qu’il faudra s’armer de patience. Mais en attendant qui en fera les frais? Les nageurs bien sûr et cette situation mettra sans aucun doute de l’eau au moulin de ceux qui veulent la fin de ce groupe. Allez savoir si ce n’est pas cela l’agenda.
Le futur DTN aura aussi la responsabilité de préparer le calendrier de compétition, la mise en place d’un code de conduit pour les clubs et les entraîneurs. Faire de la détection, des évaluations des clubs et donner de l’assistance technique à leur entraîneur pour augmenter les niveaux de ces mêmes clubs. Mettre en place des critères de sélection pour les nageurs, tout en instituant des programmes d’entraînement pour différents groupes d’âges.
Pour l’heure on ne se bouscule pas au portillon, mais on laisse entendre dans le milieu que la FMN a déjà en tête son oiseau rage, et qui avait   déjà dans un passé récent travaillé avec les nageurs mauriciens.