Les deux dernières journées des championnats nationaux de la Fédération mauricienne de natation (FMN) ont eu lieu à la piscine Serge Alfred le week-end dernier. À l’heure du bilan, l’on note que ce sont les éléments du Camo qui ont fait meilleure impression.
Si vendredi seul un record (12 ans) est tombé, signé Jamie Han Mui (Camo) au 50 m dos (35″98), le lendemain, on a en enregistré trois nouveaux avec Tessa Ip Hen Cheung (Camo) au 100 m papillon (1’10″30) et Layne Lim Ah Tock (Camo) au 400 m nage libre (4’51″88) chez les 14 ans, et Alicia Kok Shun (Camo) au 50 m brasse (40″25) chez les 11 ans.
Hier, dernier jour de compétition, Annah Auckburaullee (CNQB) a réalisé un record chez les 16 ans au 50 m papillon (29″81), tandis que Bradley Vincent (Camo) a réalisé les minima en vue des championnats du monde de Kazan au 100 m nage libre en 50″89.
Layne Lim Ah Tock et Annah Auckburaullee avaient déjà amélioré leurs temps pendant les phases préliminaires, soit en 4’52″11 et 29″92. Avec ces cinq records, les filles se sont démarquées des garçons, sauf Bradley Vincent, qui a disputé la dernière course du 100m en dominant le Botswanais Andre Van Der Merwe (54″48).
« Je suis très heureux pour Bradley. Tout est une question de volonté. C’est quelqu’un qui sait ce qu’il veut et qui reste à l’écoute du moindre conseil pour atteindre ses objectifs », fait ressortir Philippe Pascal, directeur technique national (DTN).
Élodie Poo Cheong avoue pour sa part qu’elle n’était pas dans sa meilleure forme et que cela s’est reflété sur ses chronos. « Je ne suis pas très satisfaite. Je n’ai pas fait mes meilleurs temps et c’est dû à la fatigue après les compétitions en Angola. J’ai quand même fait de mon mieux », avance-t-elle.
Philippe Pascal s’attendait également à mieux de la part de certains nageurs, mais il demeure satisfait des records réalisés. Ce sont principalement les tout jeunes qui se sont distinguées et le DTN est d’avis que « s’il y a un but qui a été atteint, c’est celui du passage de témoin entre les générations de nageurs présents ». La fatigue des nageurs revenant des championnats d’Afrique de la zone 4 est évidente mais « il ne faut pas que cela serve d’excuse », ajoute le DTN.
Quant à la rivalité entre clubs, si le Camo a dominé les débats, le CNQB affiche du progrès, ce qui permet petit à petit une meilleure concurrence. « C’est une bonne chose et cela fait plaisir, car c’est un bon signe pour l’avenir », conclut Philippe Pascal. La FMN fera une analyse de ces championnats nationaux dans les prochains jours pour mieux cerner les manquements mais également les points forts des nageurs.
La sélection en vue des Jeux des îles de l’océan Indien qui auront lieu du 1er au 9 août à l’île soeur sera basée sur ces récents championnats de Maurice.