Deux ans après les performances quelconques, voire très moyennes ramenées de Dubaï lors des Championnats du Monde junior, la Fédération mauricienne de Natation s’engage à nouveau dans cette voie en dépit du fait qu’aucun nageur n’a réussi les minima imposés dans le calendrier de la saison 2015.Le Directeur Technique National, le Français Philippe Pascal s’est basé, de ce fait, sur les minima mis en place en vue d’une sélection pour les Jeux du Commonwealth de la Jeunesse, qui se tiennent début septembre au Samoa pour  sélectionner  Yohan Lim, Layne Lim Ah Tock et Elodie Wong.
Il faut tout de suite dire que les minima pour les Mondiaux Junior de Singapour et ceux de Samoa n’ont rien de comparables (le minima pour un 100m nage libre pour Singapour était de 52.49 pour les garçons contre 53.56 pour YCG), il n’était pas étonnant qu’ils étaient 7 nageurs à avoir réussi le minima pour le YCG. C’est donc les trois qui ont les meilleurs pointages qui ont été sélectionnés.
Les trois nageurs seront, de ce fait, accompagnés de l’entraîneur français durant leur périple singapourien. Notons qu’il y a deux ans pour les Mondiaux de Dubai, Philippe Pascal avait annoncé dans les colonnes d’un quotidien qu’il y aura des nageurs mauriciens en finale. Mais il n’en fut rien. Qu’en sera-t-il pour cette fois? Attendons voir… selon la formule consacrée. Il est important de noter que cette sélection n’a été décidée que par Philippe Pascal, qui cette fois a ignoré la commission technique. Ce qui explique sans doute le tollé qui s’est levé depuis l’annonce de cette sélection dans les différentes piscines de Maurice.
Par ailleurs, la Fédération mauricienne de Natation a, dans sa grande sagesse, décidé de n’engager aucune fille dans les Championnats d’Afrique en octobre prochain en Égypte.  Sous prétexte que la situation dans ce pays est dangereux pour les filles — dont certaines ont réalisé des minima A — la FMN a opté pour une participation exclusivement masculine. A croire que la misogynie de la Mauritius Football Association gagne aussi la FMN qui pénalise des nageuses sur un simple opinion hasardeuse. Car jusqu’à présent, ni la CANA, ni la FINA et encore moins l’État mauricien, comme ce fut le cas  pour l’épidémie de l’Ebola, n’ont émis une opinion de cette nature sur la situation en Égypte.